Avec la mairie, qu’est-ce qu’on rit ! (vingt-troisième salve)

Ils veulent nous faire mourir de rire, mais heureusement pour eux, le ridicule ne les tuera pas !


Humour bondynois, 1ère tentative (Tout le monde est d'accord avec nous !)

REFLETS est encore plein de blagues : le maire explique dans son édito qu’il veut la réussite scolaire de tous les Bondynois,.. Ca rappelle notre programme qui était d’en faire « LA priorité municipale ». Si cela avait été fait, le niveau de Bac+ 2 ne serait pas quatre fois inférieur à celui de Paris… Ca ne nous donne pas envie de rire.


Humour bondynois, 2ème tentative (Univers-citerne)

Les initiateurs de l’université populaire ne sont pas connus pour leur ouverture d’esprit. C’est sans doute parce qu’ils n’aiment pas non plus l’Islam qu’ils ont choisi cette année le beau nom d’Averroès pour leur université populaire. Tout ce nouveau dispositif parviendra-t-il à compenser le désintérêt des citoyens ?

 


Humour bondynois, 3ème tentative (Avec le Conseil Général, on rit aussi)

Vous ne trouvez pas que Claude Bartolone apparaît beaucoup en photo dans les publications du conseil général de Seine Saint-Denis ? Ce ne sont plus des publications départementales, c’est un journal intime.

 


Humour bondynois, 4ème tentative (On veut retourner au SEDIF)

Dans le dernier journal municipal, le MODEM s’étonne du départ de Bondy du SEDIF (Syndicat des Eaux d’Ile-de-France), et demande des informations au maire. Cette information est vraie, rien à commenter : la blague est contenue dans l’énoncé.

 


Humour bondynois, 5ème tentative (Tu veux des sous ? Mais tu en as déjà !)

Les élus communistes et partenaire font un article dans le dernier REFLETS qu’ils concluent en demandant au lecteur : « votre salaire, votre retraite, de combien ils ont augmenté cette année ? » Tiens c’est vrai ça, le tableau des indemnités n’était pas à jour (notre ancien article est ICI, sinon le tableau des indemnités en euros des adjoints ICI).


 


Humour bondynois, 6ème tentative (Les 3F pètent les plombs)

Le bailleur 3F envoie des huissiers débusquer la sous-location dans son patrimoine, vraisemblablement pour éviter de reloger les locataires en question… Dernière délinquante démasquée : une dame de 75 ans qui avait mis le nom de sa fille sur sa boîte aux lettres. Les voyous n’ont plus d’âge.

Informations supplémentaires