Les voeux de Bondy autrement se sont déroulés le samedi 24 janvier.


Une soixantaine de personnes étaient présentes. Plusieurs demandes d'adhésion à l'association ont été faites.

Pour la co-présidence de l'association, Frédérique Blot est intervenue en présentant le bilan de l'année 2014. Sont ensuite intervenus Alternative Libertaire, un responsable de la CGT, un autre des résidents de Michelet et enfin l'un des acteurs de la lutte actuelle des mal-logés et de la CNL. Hakim Kadri a conclu en évoquant le bilan des élus de Bondy autrement et en présentant les candidats à l'élection départementale de mars 2015.

Voici l'intervention de Frédérique Blot :

 

2014 a été bien sûr l'année des élections municipales de mars mais comme vous le savez les élections ne constituent pas pour nous l'alpha et l'oméga de la citoyenneté, au contraire.

Rappelons que par rapport à 2008 nous avons gagné 3% et 200 voix, et maintenons deux élus au conseil municipal.

Cela n'a pas empêché la nouvelle équipe d'être totalement obéissante à sa patronne, mais il faut dire que les adjoints touchent 2 400 euros quand les autres représentants du PS, du PC ou des Verts sont à 900 euros... Pour notre part, nous continuons bien évidemment à être bénévoles.

2014 a été l'année de remboursement de 600 000 euros par Bondy Habitat après une bataille de la CNL que nous avons relayée. Rappelons que c'est 900 000 euros qui auraient dû être remboursés aux locataires de Bondy-centre.

Nous avons aussi relayé le cas d'un locataire qui a été expulsé de Bondy Habitat après avoir payé la moitié de sa dette. De quoi s'interroger sur la politique de madame Thomassin qui s'est auto-désignée présidente de Bondy Habitat.

2014 c'est aussi l'année où se sont poursuivies les activités de temps péri-scolaires dite de rythme scolaire : si dans la masse des activités certaines peuvent être intéressantes, c'est souvent du coloriage, de la pâte à modeler ou des « jeux de cours. De la garderie donc. Pour notre part, nous pensons que l'urgence est de rétablir les quatre heures que Sarkozy a enlevées aux élèves.

Combien d'opportunités ont été gâchées ? Les réflexions de Claire Leconte sur les rythmes scolaires que nous avons relayées sur notre site ont donné lieu à ce que nous connaissons comme les TAP à Bondy. Dernièrement c'est le Plan Educatif de Territoire (PedT) où quasiment aucun enseignant ne va, sachant que la maire décidera seule. Autant de chances, autant de gâchis.

Voilà qui est bien dommage. Nous le répétons ici : pour nous la priorité municipale doit être l'école. Il ne s'agit pas comme cela se fait aujourd'hui de déshabiller tel collège pour ne pas rhabiller tel autre. Non, pour nous, l'Etat doit donner tous les moyens nécessaires à ce que les élèves sachent, fassent, acquièrent le niveau exigible. C'est par une lutte de 5 semaines que Renoir a réussi à maintenir cette année les moyens qu'il avait l'an passé. Cela en dit long sur le désintérêt du gouvernement. Mais comme le rappelait sans honte une élue de la majorité municipale : le gouvernement n'a pas hésité à offrir 41 milliards au patronat dans son « Pacte de responsabilité ».

L'école nous y tenons assez pour ne pas accepter non plus les campagnes de dénigrement de la droite prétendant qu'on y apprend à être homosexuel, ou laissant croire que l'institution attenterait à l'intimité des enfants. C'était aussi cette année.

2014, c'est aussi l'année de victoire pour faire reconnaître le droit à l'eau, et l'interdiction des coupures.

2014, cela aura aussi été l'annulation des projections de film au cinéma Malraux. Eh oui, il a suffi que M. Mignen, le marchand de sommeil de la clinique Michelet menace Est ensemble d'un procès pour que le jour-même la plus grosse communauté d'agglomération d'Ile de France nous interdise le film ! Il faut croire que Bondy autrement est plus fort qu'Est ensemble puisque nous avons obtenu une deuxième autorisation !

Informations supplémentaires