Conseil Municipal du 16 octobre 2013



Peu de points à l'ordre du jour, ce qui prouve ce que nous avons déjà dit : il vaudrait mieux faire des conseils municipaux plus souvent pour avoir des ordres du jour allégés. Mais la maire a annoncé qu'il n'y aurait pas de conseil municipal en novembre : le suivant promet déjà donc d'être trop long...

Sinon l'élu PS Laurent Cotte s'est encore illustré, ainsi que son collègue des Verts Philippe Gauthier. Mais pas en bien. L'ambiance était cependant plus calme : le mari de la maire, Yannick Saint-Aubert n'a pas tapé sur sa table pour empêcher d'écouter Fatou Meite comme en septembre...


13-7 Garantie du prêt de Bondy Habitat pour son projet au 53 rue Blanqui.

Bondy autrement, avec les pouvoirs de Fatou Meite et Nadir Kitatni a voté POUR cette garantie malgré les explications très vaseuses de la maire : « Oui à l'intensification humaine contre la densification urbaine ». Speak french ? Ou comment dire blablabla en langage soutenu...

13-13 : Hôtel d'entreprise, financé par Bondy Habitat.

Le groupe Bondy autrement y est opposé depuis le début. Pourquoi ?

Cette proposition du PS lors des municipales va être prise en charge par les locataires de Bondy Habitat.

Quels sont les risques d’une telle opération ? Que les entreprises qui s’installent ne soient pas en capacité financière de faire face à leurs loyers. C’est exactement ce qui s’est passé à Becquerel, au BIL (Bâtiment Industriel Locatif).

Pourquoi faire assumer le risque par les locataires du logement social de Bondy Habitat ? Est-ce la fonction de Bondy Habitat d’investir trois millions d’euros pour un projet trop risqué pour la mairie ?

A cette question, Bondy Habitat répond que l’opération est autonome financièrement et équilibrée. Certes, si les entreprises paient le loyer prévu et que tous les locaux sont loués, l’Office pourra rembourser ses emprunts. SINON ?

La maire nous répond que l'OPH a le droit de la faire (ce n'est pas la question). D'après elle, « Bondy Habitat a fait savoir qu'il était intéressé depuis longtemps » (de qui se moque-t-elle ? Bondy Habitat est commandé par la mairie !), elle ajoute qu'il « n'y a pas eu d'autres investisseurs » (ça prouve ce que nous disons). Enfin « le projet est bon pour l'emploi » (mais pourquoi la mairie ne le fait-elle pas?!). Elle conclut à nos doutes : « On ne lâchera pas Bondy Habitat » (qui est « on »?).


13-26 : Rapport de Vinci sur le parking de la gare

Bondy autrement a fait l'intervention suivante :

 

« Le bilan de VINCI est illisible, nous avons eu du mal à trouver une victime à qui faire lire le document !

Cela prouve que le privé n’est pas meilleur que le public, même pour produire des bilans, même une multinationale comme VINCI.

Mais comme c’est une délégation au privé, nous n’aurons pas la possibilité d’interroger directement le prestataire ce soir !

Opacité dans tous les sens du terme, c’est pourquoi la gestion publique est préférable.

Certes de valeureux élus socialistes nous expliqueront que le public ne sait pas gérer des parkings, cela a pourtant été le cas à Bondy pendant des décennies… Il faut croire qu'à l'époque les socialistes étaient plus intelligents, mais ça c’était avant ! »

Les élus PS n'ont donc pas manqué : Laurent Cotte (que nous avions déjà épinglé en flagrant délit de contre-vérité, voir ICI, c'était le point 12-38 en rouge), et Philippe Gauthier (PS tendance EELV) qui nous dit : « Comment ça, le document avait été envoyé par courriel et était parfaitement lisible ». Hum, hum... Etre payé aussi cher pour défendre une multinationale aussi mal, c'est triste. L'administration elle-même s'était excusée de la mauvaise qualité des photocopies... Et nous a confirmé depuis ne pas avoir envoyé le document par courriel... Et pan sur le bec, comme on dit dans Le Canard enchaîné ! Mais la majorité n'a pas besoin de lire les dossiers : elle sait qu'elle doit les voter de toute façon.

Informations supplémentaires