Parmi les propos à retenir, la maire prétend que pas un jour ne passe sans que les gens la remercient dans la rue pour la présence des policiers municipaux. Rêve-t-elle en marchant ?

17.3 – Débat d’orientation budgétaire

La maire PS, Sylvine Thomassin, commence par dénoncer les interventions « coupées de la réalité » qui la critiqueront, et se réjouir des « contributions » qui seront d’accord avec elle. Ca, c’est du débat !

Philippe Gauthier, élu EELV chargé du budget, explique que ça va mieux (les années précédentes, il n’avait pas dit que ça allait mal…). Il explique notamment que 15 classes vont être ouvertes et que l’isolation thermique de la mairie sera faite.

Sabrina Métayer et Jamal Ammouri, élus PS, signalent qu’ils n’ont pas été invités à la réunion de leur groupe. Voilà une belle conception de la démocratie ! On apprend d’ailleurs que le Directeur Général des Services de la mairie a assisté à la réunion du groupe des élus PS le lundi 20 février à 18h.

Dominique Pierronnet, élue Bondy autrement, intervient : « malgré le printemps nous voici revenu au temps du marronnier « débat d’orientations budgétaires », débat d’ailleurs qui n’en a que le nom. Vous décidez, nous écoutons. Et comme il est bien spécifié dans la délibération le débat n’a aucun caractère décisionnel. C’est pourquoi nous vous proposons une autre méthode pour construire le budget avec les Bondynois que vous nous dites écouter avec soin :

Pour nous la totalité du budget municipal devra être participatif. Pour ce faire, nous proposons une organisation précise :

 

1 – Réunion plénière par service dès le mois d’octobre des employés communaux sans le chef de service. Les employés font des propositions émanant notamment des besoins exprimés par les habitants aux services (par exemple les conseils d’école font des demandes préalables au service enseignement, les associations sportives au service des sports, etc.). Cette réunion sera l’occasion pour chaque service de réfléchir aux moyens de mieux servir la population, de définir les missions nouvelles et celles qu’il faudrait supprimer.

2 – Tous les Bondynois sont invités à une réunion de présentation de la proposition de budget, avec un premier débat.

Cette proposition sera présentée en ciblant des projets précis avec leur coût, afin que les participants puissent définir leurs priorités.

3 – Les Conseils de Quartiers, le Conseil du Monde, le Conseil Municipal des Jeunes, le Conseil des Elèves, le Conseil des Sages, le Conseil économique et social local, se réunissent chacun pour discuter ce projet et l’amender.

4 – Tout groupe de 50 habitants peut demander une expertise aux techniciens de la mairie (sous le contrôle d'une commission paritaire (majorité/ opposition).

5 – Une nouvelle réunion en mairie fait le point, les habitants présents votent. Si la nouvelle proposition n'est pas validée par les présents, elle est remise en discussion dans les différents conseils.

6 – Le Conseil Municipal vote la proposition des habitants en janvier, dans la mesure où il respecte les valeurs de respect de chacun, de progrès social, d’égalité des droits.

7 – Chaque projet est suivi (« exécuté », « encours », « à l’étude »), y compris sur le site de la ville.

8 – En juin, une réunion fait un premier bilan de la réalisation du budget, ainsi qu’une évaluation des projets.

Allez-vous tenir compte de nos propositions ? En remettant sa délégation, une Elue socialiste rappelait qu’il fallait savoir « Écouter les sonnettes d’alarme ».

Dans le dossier présenté, nous n’avons relevé aucune orientation sur la création d’une nouvelle école alors que les bungalows continuent d’envahir les cours et que tous les logements ne sont pas encore livrés. Nous rappelons que pour notre groupe l’école doit être une PRIORITE. Il n’y a plus crucial que les écoles pour garantir un meilleur avenir aux enfants.

Vous prétendez ne pas nous avoir attendu pour vous soucier du problème. Nous voyons dans ces orientations quels sont vos choix. Les estimations formulées par l’INSEE ont été produites avant la restructuration de la ville qui a bien évidemment modifié les chiffres. La réalité ne correspond plus aux statistiques produites par l’institut national.

Après plusieurs interventions, la maire répond, elle critique les « aveugles et les sourds » qui ne voient pas à quel point ce qu’elle fait est bien et prétend notamment que pas un jour ne se passe sans que les gens la remercient pour la présence des policiers municipaux. Elle a même sauvé toutes les villes pauvres de France en faisant passer un amendement sur le calcul de la pauvreté au niveau du territoire, qu’on aurait pu appeler « amendement Bondy ». Est-ce aussi elle qui offre le soleil en été, et la neige en hiver ?

17-6 : Actualisation des tarifs

A l’occasion de ce rapport, Karim Allouache de l’UDI met en cause l’indemnité touchée par les élus de la majorité municipale (PS, PC, EELV).

Philippe Gauthier, maire-adjoint EELV, se fâche alors et explique : « je touche 1604 € par mois, je donne 384 € à mon parti Europe Ecologie Les Verts, je prends un temps partiel qui me coûte 1150 €. »

Alors là, Monsieur Gauthier mérite d’avoir son article sur Bondy autrement !

D’abord, c’est le seul élu qui dit à quoi sert son indemnité.

Ensuite, il fait ce que nous demandons : l’argent sert à indemniser les pertes dues à son mandat, c’est ce que nous revendiquons !

En revanche, nous ne sommes pas d’accord pour que les Bondynois financent les partis politiques, même celui de Monsieur Gauthier.

Une question reste entière : ceux qui sont retraités n’ont pas besoin d’être indemnisés pour leur temps libre. Alors ?

Sylvine Thomassin, la maire PS, gâche un peu le propos en expliquant que les partis politiques sont au fondement de la démocratie. Et nous qui pensions que c’était le peuple !

Ajoutons que Bondy autrement ne touche aucune indemnité, ce qui ne nous empêche pas de jouer notre rôle, intervenir dans le débat, tenir un site, publier une Lettre mensuelle et même faire les comptes- rendus du Conseil que la mairie n'est pas capable de produire !

17.11 : Financement des travaux du Palais des sports par la réserve parlementaire de Claude Bartolone (80 000€)

Hakim Kadri, élu Bondy autrement, explique : « Nous demandons une répartition juste. C’est à l’Etat de fournir des dotations suffisantes aux collectivités et non d’aller quémander des privilèges auprès d’un Elu affilié à parti politique quel qu’il soit. »

 

Question orale de Bondy autrement


Madame la maire,

 

La commission handicap ne s’est réunie que 2 fois depuis mars 2014. Quand pensez-vous la réunir à nouveau ?

Pourquoi les voitures stationnées sur les trottoirs ne sont-elles pas verbalisées alors que la police municipale est très efficace pour les stationnements non payés ?

Que pensez-vous des pistes cyclables financées par de l'argent public qui servent de parking : autour de l'église, rue Carnot, rue pasteur, avenue Barbusse ?

Quand pensez-vous mettre aux normes d’accessibilité les bâtiments publics ?

Quand pensez-vous refaire les voiries détériorées ? Avez-vous prévu un planning ?

Que comptez-vous faire pour relancer la mise en accessibilité de la ville et la prise en compte des personnes en situation de handicap ?

Un budget est-il prévu pour 2017 et pour quelles actions ?

 

Monsieur Vioix, PS, est chargé de nous répondre puis la maire s’y colle. Aucun nom de rue n’est donné, et l’absence de réunion de la commission depuis 2014 est justifié par l’état de santé récent de l’adjointe ! Mais l’adaptation coûte 5 912 000 euros et la maire rappelle qu’il reste 9 ans pour faire les adaptations. Les personnes en situation de handicap apprécieront. Ou pas !

 

Enfin un vœu est proposé par les groupes de la majorité municipale critiquant Madame Pécresse du Conseil Régional pour sa réduction des moyens au logement social. Nous faisons changer le texte qui voulait « inciter » les villes à respecter la loi sur le pourcentage de logements sociaux, « inciter » est donc remplacé par « contraindre ». Si les citoyens « doivent » respecter la loi, on comprendrait mal que les élus aient seulement à « essayer » de le faire.

Informations supplémentaires