Démission d’un de ses élus, annulation de la vente du garage, arnaque concernant les impôts… Un sacré conseil !

 

La maire commence par annoncer la démission de Thomas Ong, un de ses conseillers municipaux : « pour raison professionnelle, m’a-t-il dit ». Ah ? C’est étrange parce que nous avons vu sa lettre et ce n’est pas du tout ce qu’on y lit : on comprend même qu’il compare son ancienne patronne à Macbeth, et dit qu’il n’a plus confiance en elle. Elle est quand même la meilleure de ses opposantes, elle finira par se fâcher avec tout le monde.

 

Annulation de la vente du garage

La maire annonce alors qu’elle ajoute au pied levé un rapport pour annuler les deux délibérations de la vente du garage municipal votées en juin 2017 ! Elle précise : « mais ce n’était qu’une promesse », comme quoi il n’y avait rien de sérieux, voilà une belle phrase politique, madame la maire ! Elle complète : « Il faut changer cet îlot », certes, nous n’avons jamais dit le contraire, mais ce n’est pas une raison pour le vendre à VINCI et aggraver encore la spéculation immobilière… « Nous candidatons pour un projet de redynamiser le centre-ville, dans un appel à projet du Grand Paris. Bien sûr, on travaillera avec les habitants, parce que nous aimons la démocratie participative. » A ceux, comme nous, qui riront en sachant que la maire se moque éperdument de l’avis des parents, des habitants, des Bondynois, rappelons que le conseil municipal se tenait quelques jours avant le 1er avril, elle plaisantait sans doute en parlant de démocratie… Enfin, elle justifie son retournement par le retard dans les transports en commun promis par le gouvernement (mais le gouvernement aussi a dû penser que ce n’était qu’une promesse…). Pas de rapport, mais faut bien se justifier.

Jamal Ammouri, élu PS dissident, intervient pour rappeler que l’instruction des recours au tribunal serait close le 14 avril, et que la maire aurait sans doute été désavouée par le tribunal prochainement. C’est pourquoi il votera contre l’annulation , préférant un désaveu par le tribunal.

La maire y répondra avec son mépris habituel : « Parfois la cohérence est difficile à suivre ». (« Tu l’as dit, bouffie ! » pourrait-on répondre à celle qui prend des décisions ou les annule avec le même aplomb apparent).

Un beau moment que de voir tous les élus qui avaient voté la vente et l’auraient revotée, voter pour son annulation ! C’est ça la monarchie : quand la patronne dit « marche arrière », un élu godillot ça ne pense pas, ça obéit !

 

18.1 : Vote du compte administratif 2017

Dominique Pierronnet, élue de Bondy autrement, rappelle que le compte administratif est le budget tel qu’il a été effectivement réalisé. Toujours intéressant de le comparer à ce qui avait été voté. En nous présentant les résultats des comptes administratifs, apparaît le « vrai » budget de notre commune, celui qui a été réalisé.

Par rapport à notre strate, nous constatons plus de dépenses en fonctionnement. La dette par habitant se situe à environ 1800€, elle aussi est au-dessus de la moyenne de la strate.
Sur le budget 2017, il était prévu 97 millions d’euros en fonctionnement alors qu’il a été en réalité de 91 millions et 35 millions en investissement pour un réel réalisé de 30 millions si bien que notre budget est excédentaire de 8 millions, par rapport à ce qui avait été voté dans le budget primitif.
Voici une belle économie pour engager dès 2018, la construction d’une école au centre ville de Bondy.
Autre remarque : des efforts doivent se poursuivre  en réduisant des dépenses sur les lignes suivantes : Communication, Frais télécom, Fêtes et Cérémonies.

 

18.5 : Vote de taux de la fiscalité


Hakim Kadri, élu de Bondy autrement, cite le texte de la délibération : « Cette baisse de taux permettra de revenir à un niveau inférieur à celui de 2009, date de la dernière augmentation. Pour mémoire le taux global 2008 de taxe d’habitation était de 27.01%. » Évidemment, il faut lire 2009, souvenez-vous, c'était l'époque ou Gilbert ROGER nous avait promis que l'augmentation ne dépasserait pas 50 euros par ménage. De nombreux Bondynois(es) attendent toujours le remboursement promis à l’époque ... Sur la baisse des taux, nous observons la continuité du processus de suppression des abattements ! Y gagne-t-on vraiment ? Nos projections montrent le contraire : la suppression de l’abattement généralconduit en réalité à augmenter les impôts, même en baissant les taux. Cette ruse fait apparaître la baisse des taux, mais en réalité il y aura une augmentation de l’impôt !

Passons sur les élus comme Bertrand Brouillard qui ne comprend rien à ce qu’ont expliqué Hakim Kadri (Bondy autrement), Karim Allouache (En marche), Jamal Amouri (PS dissident) et Stephen Hervé (LR). Toutes les estimations montrent que les impôts augmenteront.

Mais que le maire-adjoint EELV au budget, Philippe Gauthier, dise que les impôts augmenteront « peut-être pour quelques familles à la marge », là c’est fort. A-t-il vraiment compté ? Les seules familles qui bénéficieraient d’une baisse d’impôts seraient celles dont la valeur locative du logement dépasserait 7 000 euros, autant dire qu’il n’y en a pas beaucoup à Bondy !

Rappelons que l'ancien maire, Gilbert Roger, lui aussi, avait contesté nos calculs en 2009 mais n’a jamais tenu sa promesse (encore un) de rembourser les Bondynois qui lui prouvaient son erreur, feuille d’impôts en main !

 

18.6 : Budget 2018

Notre élu Hakim Kadri rappelle que ce nouveau budget augmente de 20 millions !… Ce n’est pas rien ! Mais là non plus, nous ne voyons pas la trace de la construction d’une nouvelle école ; c’est pourtant une urgence pour l’année 2018 pour donner priorité à l’éducation.
Aussi, nous vous encourageons à remettre au secteur  public les travaux de nettoyage, gardiennage plutôt qu’au secteur privé.

Pour ces raisons, nous votons contre ce budget.

Philippe Gauthier, le même adjoint aux finances qui ne calcule pas correctement les augmentations des impôts justifie la priorité à l’école en citant les 8 millions d’investissement et les 17 millions de fonctionnement. Mais il oublie de rappeler que le budget global est de... 130 millions d’euros. Et le coût des préfabriqués dans les cours pourrait d’ailleurs être évité si une école était construite.

 

18.14 : Subvention aux associations sportives

Hakim Kadri rappelle pour Bondy autrement que l’association Bondy judo obtient 6000€ soit une augmentation de 2000€. « Rejetée par votre commission d’attribution à ses débuts d’activité, celle-ci a prouvé son engagement et son attachement à notre ville comme nous avons pu nous en apercevoir lors de la cérémonie célébrant 10 d’activité à Bondy ! Nous nous réjouissons d’avoir cru en elle et de l’avoir toujours soutenue. »

 

18.16 : Subventions aux associations « solidarité santé »

Pour Bondy autrement, nous demandons un vote à part pour l’association le Rocher, nous voterons pour toutes les demandes sauf celle-là. A nouveau nous vous répétons que ce n’est pas la qualité du travail réalisé à Bondy qui nous gêne mais plutôt sa pédagogie basée sur la foi au cœur de leur pratique et son rattachement à la communauté de l’Emmanuel.
Pour information, la Communauté de l'Emmanuel est une association publique internationale de fidèles de droit pontifical, née à partir d’un groupe de prière fondé en 1972. La spiritualité proposée aux membres repose notamment sur l'adoration eucharistique, la compassion et l'évangélisation. Elle est née de l'expérience du Renouveau charismatique.

18.17 : Subventions aux associations « Culture et patrimoine »

Nous votons pour toutes les demandes sauf pour l’association Ribat, rattachée au Rocher, pour les raisons que nous avons données dans le dossier précédent.

 

18.18 : Modification du tableau des effectifs

Nous nous abstenons toujours sur ce dossier, dans la mesure où aucun débat n’a jamais eu lieu sur la politique d’embauche et de promotion du personnel communal à Bondy.

Jamal Amouri, élu PS dissident, rappelle cependant à la maire que trois postes ont dû être enlevés de son cabinet à la demande de la préfecture. En effet, le cabinet de la maire était trop doté au regard de la taille de la commune. Un rappel à l’ordre qui montre les anomalies que d’autres avaient constatées.

La maire répond : « Je ne vais même pas répondre » (ça, c’est une réponse !), et elle ajoute : « c’est tout à fait normal entre la préfecture et la mairie » ». (Ah ? De mémoire de citoyens qui assistent au conseil municipal c’est pourtant la première fois en 20 ans. Non ?)

 

18.26 : Délégation à la maire de passer des marchés en « procédure adaptée »


Dominique Pierronnet, élue de Bondy autrement, rappelle que cette simplification des dispositifs administratifs n’a pour résultat que d’empêcher d’offrir la clarté des marchés aux Elu.e.s et aux Bondynois.es.

 

18.30 : Rénovation du gourpe scolaire Léo Lagrange (avenant)

Dominique Pierronnet espère au nom de Bondy autrement ne pas revivre ce qui s’est produit avec la réhabilitation du centre social Balavoine, avec un surcoût final. Comment se réalisent les études ? Sur de mauvais devis, peut-être ? Nous refusons les trois avenants relatifs à ces travaux.

Informations supplémentaires