19-1 Rapport annuel 2018 sur la situation de la Ville en matière d'égalité Femmes-Hommes

Voilà de bien belles intentions, mais cela n’empêche pas Bondy Habitat de menacer une femme , sa fille et ses deux petits-enfants d’expulsion parce que le compagnon de la femme a rendu le logement sans la prévenir. La maire défend le droit des femmes en parole et quand ça l’arrange.

19-2 Présentation du Rapport sur la situation de la Ville de Bondy en matière de développement durable pour l'année 2018

Sur la partie mobilité douce, réforme du stationnement nous vous demandons de bien vouloir nous informer sur le réinvestissement des recettes obtenues. Quels sont les initiatives concrètes dans le secteur de la voirie ?

Dans quelles mesures ont-elles été utilisées pour développer la circulation douce ?

En classant la limitation de vitesse à 30km/h dans certaines zones, nous apprenons que vous libérez de l’espace pour offrir une circulation cyclable à double sens ? C’est absurde.

19-3 Débat d'orientations budgétaires 2019

Voilà de quoi changer de « paradigme », comme on dit en langue de bois ! Pour nous, le débat d’orientation budgétaire est un faux débat car la population est écartée des choix d’orientations et quand il y a des propositions, elles ne peuvent être retenues. Madame la maire, vous devriez adopter d’autres méthodes qui conjugueraient la réflexion, la participation citoyenne, les contenus. Un exemple flagrant : la construction d’une école qui vous repoussez après 2020.

Le maire-adjoint EELV, Philippe Gauthier, rappelle un budget d’austérité. Un budget qui est construit sur l’attente d’une enveloppe budgétaire, le refus de participation des habitants ce qui évite de faire émerger les besoins, le manque manifeste d’ambition générale.

La priorité est de faire descendre le remboursement de la dette en dessous de 9 ans. Pour Bondy autrement, la construction, par nécessité, d’une nouvelle école serait une richesse pour notre ville même si cela devrait ralentir ce remboursement.

A quoi est liée l’augmentation des dotations à Bondy  ? Au transfert de charges ? Sur ce point, nous observons une augmentation du personnel communal alors qu’il était attendu une baisse de 250 employés.

Malgré le discours confiant officiel, nous retenons que le PSG n’est pas venu au secours de nos finances pour la rénovation du stade R.GAZZI. Les contribuables bondynois ne devraient pas financer ces travaux puisque le stade est à Est ensemble désormais.

La lecture d’une coordination avec l’hôpital public (lequel ?) avec un parcours santé reste pour nous une interrogation. On y découvre qu’un médecin sera offert pour un hôpital fermé !

Sur le ramassage des déchets, une concertation est prévue avec la population comme d’habitude. Les Bondynois doivent donner leur avis sur la question de l’heure de ramassage avant le 15 février 2019. Ce changement aura-t-il un surcoût ?

Les dossiers sont déjà prêts et enregistrés. Bondy, une ville à l’écoute de ses habitants… mais qui décide avant de les écouter quand même !

Nos effectifs défaillants de la police municipale n’évoluent pas . Vous aviez jusqu’en janvier 2019 pour présenter nos besoins réels pour intégrer l’école de formation. Le concours ne se réalise-t-il pas après l’embauche ?

Enfin, rappelons que pour l’année 2019, l’abattement va passer de 5% à 0 % ce qui augmentera l’impôt contrairement à ce que vous dites à la population.

19-6 Approbation des conventions de financements entre la CAF et la Ville de Bondy pour le dispositif "Publics et Territoires"

Sur l’axe 1 relatif au handicap, nous n’avons pas connaissance de ce qui a été réalisé en matière d’équipements pour l’accueil de personnes en situation de handicap dans nos structures communales d’accueil de l’enfance et de la petite enfance. Peut-on obtenir un mot du représentant de la commission du handicap ?

19-10 Revalorisation des tarifs du périscolaire, des loisirs, des séjours et de location de Roussines

Dans sa présentation du budget, l’adjoint aux finances rassure le contribuable en le présentant « apaisé ». Pourtant, si nous avons tous le pouvoir d’achat, il manque le pouvoir de payer !

Nous nous opposons a la revalorisation de 2% des tarifs applicable en septembre prochain. A ce jour, les salariés, les animateurs n’ont pas été augmentés de 2% cette année.

19-11 Révision du calcul du quotient familial

La révision du calcul du quotient familial remonte à l’année 2015 et n’a été appliquée que ces derniers mois. Les familles fort mécontentes des tarifs excessifs appliqués se sont manifestées auprès de vous. Aujourd’hui, vous proposez une nouvelle grille qui tiendrait compte de certains avantages enregistrés sur la déclaration d’impôts. Au regard de la présentation du budget communal, nous avons de l’argent ? nous votons CONTRE cette délibération.

19-16 Adhésion à l'Association « Communauté professionnelle territoriale de santé Bobigny – Bondy

Faut-il se réjouir d’une association qui crée des associations qui ne sont pas des hôpitaux publics? Du transfert de compétences publiques au secteur associatif ? C’est une fuite en avant qui ne répondra pas aux besoins de santé des habitants comme les affections lourdes.

19-17 Convention de partenariat entre l’AP-HP et la Ville de Bondy

Là non plus, cette convention n’apparaît pas comme un « plus » quand nous découvrons qu’un pédiatre est prédestiné à rejoindre l’hôpital Avicenne ce qui supprimera les 50% du pédiatre Jean Verdier. Rappelons que l’ouverture d’une maternité en 2024 est prévue à l’hôpital Avicenne.

Permettez de vous donner lecture d’un tract diffusé par le comité de défense et de promotion de NOTRE hôpital Jean VERDIER

HOPITAL JEAN VERDIER

SAUVONS NOTRE MATERNITE

Cela fait un peu plus d’une année que le collectif de défense de l’hôpital Jean Verdier lutte pour que notre hôpital ne soit pas démantelé, services par services, comme beaucoup d’hôpitaux, services d’urgence et de maternités partout dans le pays.

Nous faisons face à une volonté de la part du gouvernement qui consiste, d’une part, à casser littéralement les structures de santé publiques si nécessaires à nos populations, notamment dans les quartiers populaires, et, d’autre part, à supprimer massivement des emplois de médecins, infirmières et aides-soignantes.

D’ailleurs, Macron a clairement déclaré qu’il voulait économiser 1 milliard 300 millions d’euros sur les personnels hospitaliers ce qui représente près de 30 000 personnels de santé.

Jean Verdier étant menacé par cette logique, cela a motivé la campagne d’information et de pétition que notre comité de défense a lancé tout au long de l’année 2018, pétition qui a rencontré un grand succès auprès des bondynois et des habitants des villes alentour puisque ce n’est pas moins de 9000 signatures recueillies.

Cela montre tout l’attachement que vous avez vis-à-vis de Jean Verdier.

MESSIEURS DU GOUVERNEMENT ET DE L’APHP, LES BONDYNOIS VEULENT GARDER LEUR MATERNITE !

Mais nous devons faire encore plus car, en fin d’année 2018, l’APHP, en charge des hôpitaux de l’assistance publique, a confirmé sa volonté de fermer tout le pôle mère-enfant (maternité, pédiatrie et urgences pédiatriques) en le transférant à l’hôpital Avicenne.

Pour nous rassurer, l’APHP nous a déjà présenté un projet de consultations dans de multiples domaines mais cela ne remplacera jamais le départ de la maternité et de l’ensemble du pôle mère-enfant.

Alors que, dans la presque totalité des communes concernées par un départ, une fermeture de maternité ou bien un hôpital, les maires, de quelques couleurs politiques qu’ils soient, sont mobilisés et appellent au rassemblement de la population, nous sommes désolés de constater qu’il n’en est pas de même à Bondy, malgré les engagements pris par la première d’entre eux.

Concernant le gouvernement et l’APHP, Les arguments sont toujours les mêmes :

Améliorer l’offre et la qualité des soins proposés à la population, alors que nous savons bien que le véritable objectif est de faire des économies sur un droit élémentaire de tout être humain qui est le droit à l’accès aux soins de proximité.

 

 

Mais en ce qui concerne la maternité de Jean Verdier les chiffres annoncés, fin 2018 par Martin HIRCH, directeur de l’APHP, sont contradictoires. En effet, concernant le montant des travaux pour la construction de la maternité à Avicenne, il annonce une somme de 90 millions d’euros mais il ne dispose que de 60 millions pour l’instant, donc un tiers manque pour boucler le budget, alors que pour moderniser la maternité de Jean Verdier le montant est aux alentours de 40 millions.

CHERCHEZ L’ERREUR !

Le départ de la maternité, de la pédiatrie et des urgences pédiatriques, a pour conséquence de vider l’immeuble de l’hôpital avec pour objectif inavoué une opération immobilière sur les parcelles actuelles si alléchantes pour les promoteurs.

Comment croire que le départ du pôle mère-enfant, qui va libérer environ 12 000 m2 sur une surface totale de 22 000 m2, n’est pas la 1ère phase de la fermeture de l’hôpital tout entier ?

On nous rétorquera que ces parcelles sont protégées par le PLU et bientôt PLUI mais personne ne peut présager de l’avenir.

On ajoutera également qu’une maison de la parentalité sera construite sur les surfaces de l’hôpital, mais pourquoi construire alors que l’on libèrerait 12 000m2 ?

Ça manque vraiment de transparence tout ça.

Il est encore possible d’agir pour sauver notre maternité car l’ouverture de la maternité à Avicenne n’est pas prévue avant 2024 ou 2025.

Informations supplémentaires