La campagne électorale conduit certains candidats à promettre tout et son contraire.
Nous ne promettons aux Bondynois qu'une chose : s'ils ne se mobilisent pas, rien ne s'améliorera !

Un exemple : le budget 2014 adopté lors du dernier conseil municipal, le 6 février 2013.
Vous trouverez ci-dessus la page de ce budget où la ligne des indemnités des élus (compte 6531) indique que le coût annuel passera de 608 000 € en 2013 à 641 000 € en 2014.



Cette augmentation de 5% provient de l'ajout du fameux 17ème adjoint au maire à 2750 € par mois lui aussi.
Fameux car, dès son intronisation en octobre 2011, Mme Thomassin avait voulu l'imposer en toute illégalité
Pour "récompenser son amie Fadila Tekkouk" était créé un 17ème adjoint "chargé de la solidarité intergénérationnelle" (ça ne s'invente pas !).


Bien qu'illégale tous les élu-es de la majorité municipale votèrent - et deux fois ! - ces délibérations, véritables hold-up en plein jour.
Bondy autrement - et nous seuls ! - avions saisi la justice. Ces décisions qui auraient couté 79 670 € aux contribuables bondynois furent annulées jusqu'en Conseil d'Etat.

C'est cette fois légalement qu'un 17ème adjoint sera ajouté. Mais c'est un choix - et pas du tout une obligation - qui coûtera 200 000 € sur 6 ans.
Bondy autrement a évidemment voté contre ce budget 2014.
Car nous proposons de supprimer ces indemnités forfaitaires pour les remplacer par le remboursement de leurs frais réels sur présentation de justificatifs probants.
Cela ne serait que le simple retour à la Loi : article L 2123-7 du CGCT : "les fonctions de maire, d’adjoint et de conseiller municipal sont gratuites."

A quoi servent exactement nos adjoints au maire ? Comment rendent-ils compte de leurs activités aux citoyens qu'ils sont censés représenter ?
Leur fonctions d'élu-es nécessitent-elles qu'ils quittent leur emploi pour s'occuper à temps plein ?

Nous invitons les bondynois-es à interroger à leurs représentants sur leur activité réelle et leur charge de travail supplémentaire.
Aucun n'a quitté son emploi ou opté pour un temps partiel. Leurs indemnités constituent donc un second salaire et représentent l'équivalent d'un petit pavillon.

Un exemple parmi d'autres : M. Jakubowicz, maire adjoint chargé du conseil de quartier de Bondy nord, n'avait-il pas cessé d'organiser des réunions publiques pendant plus d'un an ? Il prétexta que personne ou presque n'y vient, ce qui est un aveu soit de son manque d'implication soit de l'inutilité même de ce mandat.

Nous avons calculé le taux d'absentéisme aux conseils municipaux de nos 43 élu-es. Certains adjoints ne viennent que 3 ou 4 fois sur 5.
Et, plus qualitativement, quand ils sont là nombreux passent leur soirée à s'envoyer des textos.

Notre proposition de supprimer ces forfaits pour passer aux frais réels est qualifiée de démagogique, populiste, simpliste, irréaliste ... par ceux qui en bénéficient.
Pourtant, cela fait six ans que nous préparons les conseils municipaux lors de réunions ouvertes à tous les habitants.
Nos questions démontrent que la plupart du temps nos chers adjoints découvrent les dossiers pendant la séance.
Si nous avons réussi à être bien plus impliqués qu'eux pendant toute une mandature pourquoi changerions-nous une fois élu-es ?

Informations supplémentaires