Quand Sabine Rubin (LFI) propose un amendement demandant à ce que la catégorie des auteurs-artistes ne subissent pas la hausse de la CSG, puisque celle-ci n’est pas compensée par une baisse des cotisations sociales, l’hémicycle se prélasse dans un somptueux mépris, et la voix froide du rapporteur lâche un "avis défavorable" sans appel. L’amendement est rejeté purement et simplement. Après tout, ces "auteurs-artistes" ne contribuant pas et ne bénéficient pas des allocations chômages, on ne peut pas dire qu’ils existent socialement parlant, non ? Et puis, ils ont choisi de créer, hein, personne ne les a forcés… À défaut du président Macron, peut-être que la ministre de la Culture, Madame Françoise Nyssen, pourrait-elle expliquer aux auteurs-artistes en quoi ce mépris et cette indifférence sont des preuves de l’importance soi-disant accordée par le gouvernement à la culture. Mais peut-être sommes-nous sourds, et n’entendons pas que l’expression "en marche" sous-entend le verbe "piétiner" ?

Informations supplémentaires