Ubu roi à Bondy par Les déménageurs Associés

Par Vincent, pris au site Expression93, que vous pouvez retrouver en cliquant ICI.

Pour ceux qui l’ignorent, c’est la quinzaine du théâtre amateur pour la quatrième année à Bondy (le programme complet est ICI). Samedi 12 mai, la compagnie Les déménageurs Associés représentait Ubu roi en salle Malraux ; toutes les représentations de la quinzaine sont gratuites.


Dans un propos liminaire de l’élu de service (pourquoi un spectacle doit-il être présenté par un élu ? On évite ça pour les concerts du conservatoire, ouf), on apprenait que 1200 places avaient été distribuées l’an passé. Un beau succès, donc. Les troupes amateures qui jouent sont le squelette et la chair du théâtre, et peut-être même son âme : le théâtre prend tous ses sens quand on est acteur, et jamais spectateur passif. Faites donc du théâtre, mais en attendant profitez des pièces jouées par les autres.

L’élu de service expliqua aussi qu’il préférait les élus qui ne veulent pas du pouvoir. On aura sans doute du mal à le croire…

Voilà qui nous amène au spectacle d’Ubu. Le texte est difficile : un seigneur improbable veut devenir roi d’une Pologne imaginaire, il va tuer dans un rire gras le roi en place, ne pense qu’à se goinfrer, puis il se lance dans la guerre avec son voisin, le tout parsemé d’exclamations comme « merdre ! » et « par ma chandelle verte ! ». En permanence, l’absurde grotesque se mêle à la dénonciation du pouvoir, donnant un équilibre instable oscillant entre la critique politique et la bouffonnerie potache.

La mise en scène est heureuse : le décor est blanc, et le fond est constitué par des panneaux dont le jeu permet de faire croire à l’allongement des personnages. Si le début manque d’énergie, le reste est fidèle à l’esprit du texte, trépidant. L’utilisation de la vidéo en direct et de nourriture pour représenter les victimes sont des trouvailles qui font pleinement revivre aujourd’hui le délire de l’auteur.

Informations supplémentaires