Quand on parle de Bondy à la télé et que ce n’est pas du foot, c’est du cinéma.

Ainsi la maire a demandé l’interdiction du film J’accuse de Roman Polanski. La décision prise par Est ensemble a été annulée par les directeurs des cinémas qui ont maintenu le film.

Soyons clair-e-s : on ne punit pas un criminel en ne diffusant pas ses œuvres, on le punit par les lois en vigueur. Que Polanski aille donc en prison mais qu’il ne serve pas à des politicien-ne-s à se faire de la pub ni comme un dangereux précédent pour interdire des œuvres.

Évidemment, chacun-e est libre d’appeler au boycott et de profiter de la diffusion du film pour mener campagne contre le viol, même de manifester devant les salles de cinéma, mais c’est autre chose que les pouvoirs publics empêchent la diffusion d’œuvres pour des raisons politiques, et surtout politiciennes.

Informations supplémentaires