Conseil de quartier citoyen à Bondy-nord

Bondy autrement a dénoncé la suppression par la mairie du conseil de quartier de Bondy-nord (notamment ICI). Les habitants se sont constitués en conseil de quartier citoyen. Voici l'article en une de leur premier journal. Bonne chance !

Un conseil de quartier citoyen voit le jour à Bondy Nord

Il est prévu que la municipalité organise plusieurs rencontres de citoyens au cours de l’année et dans plusieurs quartiers. Ces rencontresdébat sont orchestrées par un maire adjoint abordant quelques thèmes concernant la vie du quartier. Le dernier conseil de quartier ouvert à Bondy nord eut lieu en avril 2009 à Balavoine, fortement encadré par 4 élus de la mairie face à une pincée de citoyens bien dubitatifs et certains révoltés ; mais il eut le mérite d‘exister même si la parole des habitants n’ était pas prise en compte.

Au dernier trimestre 2009 4 conseils de quartier sur 5 ont été convoqués.

Devant cet oubli, les habitants de Bondy Nord décidèrent, aidés par un conseiller municipal de Bondy Autrement habitant le quartier, de se réunir le 23 novembre 2009 et échangèrent des propositions, des inquiétudes devant un quartier en transformation (Bondy nord sera en
grande partie retravaillé par les diverses destructions et reconstructions dues à l’ ANRU), des interrogations et des souhaits (installation d’une banque, commerces indispensables, voirie).


Et quelle surprise lorsque nous reçûmes tous dans nos boîtes aux lettres un compte rendu d' un "conseil de quartier" qui aurait eu lieu "ni vu ni connu" (avec peut-être des citoyens fantômes), à Balavoine et supervisé par un maire adjoint . Cette attitude de duplicité et de mensonge est méprisable .

Le 11 janvier 2010 un nouveau "conseil de quartier citoyen" a réuni les Bondynois du nord et a débattu essentiellement sur la vie de ce quartier Nord qui se transforme sans ménagement ni prise en compte des besoins élémentaires des habitants (boulangerie manquante, possibilité d’une banque étrangère sur le rond point Jouhaux Blum, manque de tri sélectif, prolifération de rats, éclairage urbain souvent défaillant).


Les habitants ont compris que si la mairie ne leur donne pas la parole, ils ne sont pas muets et ont décidé de se faire entendre.

Michèle Taïeb

Informations supplémentaires