S’il est facile de dénoncer les dérives monarchistes de la mairie de Bondy, il faut aussi dire quelles alternatives construire.

Nos propositions partent du fait qu’aucune souveraineté n’est légitime en dehors du peuple, des habitants.

Les élus doivent être au service des électeurs, c’est d’ailleurs ce que nous réalisons concrètement en préparant les conseils municipaux en public avec les Bondynois qui veulent y participer.

L’information est une condition de la démocratie : l’ancien maire organisait trois présentations publiques de son budget, alors que Madame Thomassin n’en fait… aucune.

Il est certain qu’il faudra revoir les limites des conseils de quartier, plus petits, pour qu’ils correspondent à une réalité. Si les conseils de quartier ont été noyés par la mairie, ils ont fonctionné quand ils discutaient librement de leur budget, beaucoup de gens venaient. On pouvait écouter les citoyens, les artisans, les associations. Les habitants peuvent ainsi utiliser les techniciens pour répondre à leurs projets. Et les usagers d’un équipement sportif peuvent être des experts concernant cet équipement.

Le budget participatif est le domaine le plus difficile, technique. Mais la démocratie, ce n’est pas le débat, c’est ensuite la décision, le pouvoir aux citoyens. Nous poursuivrons cette réflexion, vous y êtes les bienvenu-e-s. Une première piste : solliciter les gens sur leurs priorités, faire trier par une commission paritaire, puis faire trancher par les habitants. Le Conseil municipal pourrait voter en se contentant de vérifier les règles de légalité et d’équité.

Informations supplémentaires