Une page se tourne à Est Ensemble

Lire l’article paru sur le mag Est Ensemble ICI

La démission de Bertrand Kern de la présidence de l’agglomération Est Ensemble constitue selon celui-ci la fin de « la première phase de mise en place ». Le débat sur la gestion de l’eau a fortement marqué les débuts de l’agglomération. Avec de nombreuses associations et citoyens et une partie importante des élus du conseil communautaire, la Coordination EAU Île-de-France s’est opposée à l’adhésion au SEDIF et a finalement obtenu gain de cause au tribunal administratif. Bien entendu, ce combat n’était pas dirigé contre des élus mais visait à ouvrir la possibilité d’une gestion publique. C’est le cas maintenant et la communauté d’agglomération se trouve au pied du mur : il y a un choix à faire, un choix économique, politique, écologique.


Le magazine hors-série Est Ensemble, adressé à tous les habitants de l’agglomération, pointe d’ailleurs la gestion de l’eau potable dans « les enjeux de demain ». L’article indique que l’adhésion au SEDIF « n’était pas un parti pris politique ». Dont acte. Mais on a du mal à comprendre que « «la seule alternative aurait été d’acheter directement de l’eau à Véolia » (sic) : le réseau est celui du SEDIF, Véolia n’est que son délégataire. L’alternative c’était de continuer, le temps de la mise en place d’une régie, avec le SEDIF sans y adhérer … comme c’est d’ailleurs le cas aujourd’hui ! Décidément, les arguments en faveur de l’adhésion au SEDIF ne sont pas avouables, pas plus aujourd’hui qu’hier !

Dans le même article, on apprend qu’ « Est Ensemble a décidé de faire appel de cette décision (du tribunal) pour le principe ». Cela semble plutôt léger comme motif, les juges apprécieront ! Plus important, l’article confirme que l’agglomération attendra jusqu’au printemps prochain les conclusions d’une nouvelle étude pour arrêter sa décision entre une ré-adhésion au SEDIF et un partenariat avec Eau de Paris. Plus question donc dans l’immédiat d’adhésion au SEDIF (1), contrairement aux prédictions imprudentes entendues ici ou là ! Et, un an avant les élections municipales, choisir le SEDIF et Véolia ne sera pas la meilleure façon d’entrer en campagne pour des élus…

Un nouveau cycle commence : souhaitons pour la réussite de cette agglomération et son avenir, qu’il soit celui de la mise en place d’un véritable service public de l’eau. Et faisons plus que le souhaiter, continuons à agir ensemble !

(1)Au passage, remarquons que l’article 46 du contrat entre le SEDIF et Véolia, qui concernait Est Ensemble, est définitivement caduc car sa validité nécessitait une adhésion d’Est Ensemble dans les deux ans après la signature du contrat, soit jusqu’à juin 2012.

Informations supplémentaires