L'Ecole est-elle LA priorité comme Bondy autrement le demande ? La blague.


Une famille arrivée à Bondy en mai 2014 sur le secteur de Renoir, se présente pour que son enfant entre en 6ème.

Ils vont donc à Renoir. Comme il y a déjà 25 élèves par classe en 6ème, le collège les envoie à l'académie. L'académie leur donne un papier demandant à Renoir de les inscrire, et si les effectifs sont complets, de les mettre en liste d'attente.

Donc, le gamin entre au collège quelques jours plus tard sans savoir si ce sera Curie, Jean Zay ou Anatole France aux Pavillons !

On pourrait se dire que la mairie a mis un dispositif pour la rentrée (ils ont même fait de la pub à ce sujet), mais les permanences commencent le 2 septembre à 14h donc après la rentrée.


Ayant contacté des enseignants sur Jean Renoir, ils nous disent qu'ils refusent (et ils ont raison) de dépasser les 25 élèves par classe en 6ème, d'autant que ces effectifs seraient l'année suivante reportés en 5ème, puis en 4ème et en 3ème.


La solution serait donc de retravailler la carte scolaire pour permettre à des élèves qui se trouvent plus près de Pierre Curie d'intégrer le nouveau collège qui peut recevoir 600 élèves. Madame Thomassin, qui trouve aussi le temps d'être vice-présidente du Conseil Général qui gère la carte scolaire des collèges, a refusé d'y toucher pour cette rentrée. Les effectifs y sont restés les mêmes que l'année dernière dans les préfabriqués. Pourquoi construire un collège 600 si c'est pour y accueillir 350 élèves et laisser des élèves à la porte ?

A ce propos, signalons que le Conseil Général a fait construire ce collège comme les autres nouveaux collèges du département sous le financement du Partenariat Public-Privé (PPP). C'est-à-dire qu'Eiffage l'a construit, en est propriétaire et le loue au Conseil Général qui le récupérera dans vingt ans, c'est-à-dire au moment où les gros travaux devront être faits. Voilà de quoi grassement financer le privé grâce à l'argent public. Signalons aussi que les 600 élèves attendus dépassent l'effectif conseillé : au-delà de 450 élèves, on sait que les collèges sont plus difficiles à gérer parce que l'on connaît moins bien les élèves. Mais de l'aveu même de madame Thomassin, il valait mieux construire 4 collèges de 700 élèves que 6 collèges de 400 élèves... Evidemment ça aurait coûté plus cher.

Priorité à l'éducation, qu'ils disaient...

La blague n'est même pas drôle.

Et une semaine après la rentrée l'élève n'a toujours pas d'affectation.

Informations supplémentaires