C’est la grande info de ces jours-ci sur les chaînes de désinformation continue : la maire de Bondy et quatre de ses collègues portent plainte contre l’état. (Voir ICI)

 

C’est bien ! Rappelons que Bondy autrement avait lancé une lutte semblable quand l’état nous avait supprimé 100 000 euros de dotation… en 2008. Le maire PS de l’époque d’ailleurs, Gilbert Roger, n’avait pas voulu se joindre à la lutte.

 

Mais la différence, c’est que nous n’avions pas mené cette lutte dans une conférence de presse. Nous avions appelé les habitants à agir.

 

Alors, cette plainte de Madame Thomassin, est-ce du bluff politique ?

 

C’est surtout que nous sommes surpris de lire que les maires se plaignent de ce que « le enseignants ne restent pas ». Parce que nous l’avions dit il y a un an. En effet, le maintien à Bondy de l’école le mercredi matin a fait fuir les enseignants, alors que dans les 36 autres ville du départements ils ne travaillent que quatre jours. Les conseils d'école avaient pris position pour un retour à quatre jours, mais la maire n’a pas voulu les entendre. Nous nous étions plaints que beaucoup d’enseignants quittaient la ville mais madame Thomassin nous avait répondu que Bondy était la ville où les enseignants restaient le plus dans le département ! (Voir notre article ICI)

 

Ainsi donc, c’était faux et malheureusement nous avions raison.

 

La mairie n’est pourtant pas très critique quand il s’agit d’appliquer les mesures gouvernementales : ainsi sur la projet de cités éducatives (Voir ICI), nous avons appris le même jour que Bondy avait été associé au projet. (voir le point 19-36 du conseil municipal du 27 juin 2019 ICI).

Or, l’un des risques avec les « cités éducatives », c’est qu’elles conduisent progressivement à une organisation différente du système éducatif d’un territoire à l’autre, notamment du fait de sa « triple gouvernance » : Préfecture, Education nationale, Commune. Moins d’éducation nationale et plus de spécialité locale. Ce n’est donc pas plus d’égalité mais plus d’inégalités ! Il faut savoir ce qu’on veut.

L’Education doit rester nationale pour donner les mêmes chances à tou-te-s.

Le fait que la ville de Bondy s’engage dans le dispositif de « cités éducatives » ne peut être l’occasion pour le Préfet, et donc l’Etat, de s’ingérer dans les choix de la ville. La « libre administration » des collectivités territoriales doit être respectée. D’ailleurs les groupes EELV et PC avaient aussi critiqué le projet (mais voté pour!).

Peut-être que le fait d'avoir maintenu l'école le mercredi matin au mépris de l'avis de tous a malheureusement aggravé la tendance à la fuite des enseignants?

 

Alors, il faudrait arrêter de se faire de la pub et agir sincèrement pour améliorer les choses. Et écouter les habitants.

 

Informations supplémentaires