Par Olivier Petitjean

 

Les dirigeants de Total ont justifié le maintien de leur dividende, malgré l’épidémie du Covid-19, en assurant ne bénéficier d’aucune forme de soutien financier de la part des pouvoirs publics. Une posture trompeuse, car le groupe pétrolier bénéficie bien, en toute discrétion, d’aides financières indirectes.

Renoncer à verser des dividendes ? Hors de question pour Total. Fin mars, le groupe pétrolier annonçait solennellement qu’il « ne sollicitera[it] pas le soutien de l’État pour faire face aux difficultés économiques créées par le Covid-19 que ce soit sous forme de soutien de trésorerie (prêts bancaires garantis, report de paiement des charges sociales ou fiscales) ou de recours au dispositif exceptionnel de chômage partiel » [1].

Une décision que l’entreprise n’a pas hésité à présenter comme une « contribution à la solidarité nationale », mais qui permettait surtout de couper court à la controverse. Beaucoup réclamaient en effet une suspension du versement de dividendes pour faire face à la crise, a fortiori pour les entreprises bénéficiant d’aides publiques. Mais est-il vrai que le groupe pétrolier ne bénéficie d’aucun soutien des pouvoirs publics ? À y regarder de plus près, pas vraiment.

Soutien discret des pouvoirs publics

Il existe en effet plusieurs formes de soutien financier public, et celles qui sont en apparence les plus techniques et les plus absconses ne sont pas les moins importantes. L’organisation espagnole Observatori del Deute en la Globalització (ODG), partenaire de l’Observatoire des multinationales au sein du réseau ENCO [2], s’est penché sur l’une d’entre elles : les achats d’obligations d’entreprises de la Banque centrale européenne (BCE) [3]. Fin mars, alors que l’épidémie s’étendait en Europe, l’institution financière basée à Francfort, et présidée aujourd’hui par Christine Lagarde, a annoncé une forte extension de son programme de soutien à la trésorerie des entreprises via l’achat de leur dette sur les marchés. Depuis cette annonce, selon les données rendues publiques, elle a acheté des obligations de plusieurs dizaines de multinationales européennes, dont quatre émises par Total.

D’autres grandes entreprises tricolores, qui ont maintenu leurs dividendes malgré la pandémie, ont également bénéficié de ce soutien discret des pouvoirs publics, comme Sanofi, Schneider Electric, ou Air Liquide. Les dirigeants de cette dernière entreprise avaient avancé le même argument que Total, se prévalant hypocritement de ne pas avoir « recours au chômage partiel, ni à des aides publiques (délais de paiement…) » [4]. D’autres firmes du CAC 40 qui n’ont fait que réduire leur dividende, comme Veolia, Orange, LVMH, Carrefour ou Capgemini, se trouvent aussi sur la liste. La BCE ne divulgue pas les montants investis, mais seulement le nom de l’entreprise et l’échéance de l’obligation.

Un soutien invisible et sans condition

On parle beaucoup du soutien apporté par le gouvernement français à Air France et à Renault. Il prend la forme de prêts directs de l’État, ou de prêts garantis par lui auprès de grandes banques commerciales : 7 milliards d’euros pour Air France, et 5 pour Renault. On a aussi évoqué à cette occasion les contreparties auxquelles ces entreprises devaient être tenues, sur le plan écologique et en termes de suspension du versement de dividendes. Finalement, il n’y aura aucune condition véritablement contraignante, le gouvernement se contentant de demander aux firmes concernées des « engagements » environnementaux (par exemple, pour Air France, la fermeture de certaines lignes intérieures) dont on ne voit pas bien le statut juridique.

L’émission d’obligations est une autre manière pour les multinationales de renforcer leur trésorerie pour faire face à la crise, à travers un emprunt à long terme sur les marchés financiers. Elle permet d’éviter de faire appel ostensiblement au soutien des États, ce que les dirigeants de Total considéreraient probablement comme une tache sur leur honneur. Cependant, le résultat est, concrètement, le même : ils sont bel et bien dépendants du soutien financier des pouvoirs publics. Autre avantage : cela permet aussi d’échapper à toute forme de contrepartie en échange de ce soutien, même sous la forme d’un engagement purement volontaire.

Un tour de passe-passe similaire en 2008

Le même tour de passe-passe avait eu lieu lors de la crise financière de 2008. Les grandes banques « trop grosses pour tomber », qui avaient été tenues à bout de bras par les États, se sont empressées de rembourser dès que possible prêts et autres aides directes, et de claironner partout qu’elles étaient quittes du soutien des pouvoirs publics. En oubliant commodément comment ces derniers les avaient aidées, de bien d’autres manières, indirectes, et souvent pour des montants autrement importants.

La BCE a bien demandé aux banques qu’elle supervise de ne pas verser de dividendes cette année, mais elle n’a pas spécifié de règles en ce qui concerne les entreprises soutenues via les achats d’obligations. Tout comme elle n’a posé aucun critère social ou environnemental à ses financements, ce qui l’a amenée à soutenir les plus gros pollueurs du continent comme Shell, Total, Airbus ou BMW. Comme la BCE a désormais tout intérêt à ce que ces firmes continuent à prospérer pendant de longues années pour récupérer son argent (au moins jusqu’en 2040 en ce qui concerne les obligations achetées à Total), les institutions européennes seront encore moins incitées à adopter des législations climatiques ambitieuses.

En ce qui concerne les multinationales françaises, ces achats d’obligations sont délégués par la BCE à... la Banque de France, dont le gouverneur François Villeroy de Galhau, ancien haut fonctionnaire et dirigeant de BNP Paribas, incarne à lui seul la consanguinité entre les élites politiques et économiques françaises. Les achats d’obligations françaises représentent près d’un tiers des sommes consacrées par la Banque européenne à son programme, pour un montant d’environ 65 milliards d’euros. Faute de transparence, on ne sait pas quels montants précis ont été alloués à chacune des entreprises concernées.

Olivier Petitjean

Photo : Jean Balczesak CC (une)

Cet article a initialement été publié sur le site de l’Observatoire des multinationales, édité par l’association Alter-Médias.

Notes

[1] Voir le communiqué de presse de Total

[2ENCO est un réseau de médias et d’organisations de la société civile de différents pays d’Europe qui se consacrent à enquêter et informer sur les entreprises multinationales et leur pouvoir. L’Observatoire des multinationales en France en est partie prenante.

[3] Lire l’analyse complète d’ODG : Au nom du Covid-19, un soutien accru des institutions financières européennes aux grandes entreprises polluantes

[4] Lire à ce sujet cet article

 

Par Barnabé Binctin

 

L’endettement des Etats augmente fortement pour tenter de limiter les conséquences de la crise sur le secteur économique et les entreprises, protéger en partie les populations tout en renforçant le système de santé. Quels doivent être les objectifs de ces investissements et comment les financer ? Quel rôle doit jouer l’Union européenne et sa Banque centrale ? Deuxième partie de notre entretien avec l’économiste Dominique Plihon.

Basta ! : La toute première réponse à la crise, en termes de politique économique, a consisté à annoncer des investissements importants dans le secteur hospitalier : que vous inspire ce soutien public ?

Dominique Plihon [1] : L’État a compris, bien tardivement, qu’il fallait investir dans le domaine de la santé, et ce dans toutes les directions : avoir des respirateurs et des lits supplémentaires, mais aussi financer des labos de recherche fondamentale – car cela constitue aussi une forme d’investissement. Évidemment, dans le contexte actuel, on ne peut que saluer cet effort, même si c’est aussi un peu trop « facile », après avoir déshabillé l’hôpital pendant tant d’années, à tous les niveaux (matériel, effectifs...), de venir à son chevet avec des grands effets d’annonce.

Ce qui compte, c’est d’une part ce que représente concrètement cette aide – et ça, j’aimerais bien le savoir, car ce n’est pas très transparent pour l’instant. Et d’autre part, savoir si elle sera pérenne, car c’est le seul moyen de remettre durablement à flot l’hôpital. Par ailleurs attention : l’aide de l’État ne se limite pas à ces investissements, il y a aussi la revalorisation des salaires, et tout ce qui est de l’ordre de la protection sociale au sens large – en apportant des fonds supplémentaires pour l’assurance-chômage, ou des allocations aux ménages les plus pauvres. C’est également très important !

Quelles sont les options pour financer ces dépenses publiques ?

Un État de droit, comme le nôtre, a des attributs que ne peuvent utiliser les agents privés : le levier fiscal, le levier monétaire, et un troisième levier, le droit, qu’il peut faire évoluer pour encourager certaines activités, en interdire d’autres, grâce à des réglementations, des incitations fiscales, etc. En France, nous avons un potentiel de ressources fiscales considérable pour éponger les déficits publics, couvrir les dépenses, et donc limiter la dette et la financer.

Mais l’idéologie néolibérale de Macron et de ses prédécesseurs consiste à réduire et discréditer l’impôt. On le réduit en particulier pour les plus riches. Or l’impôt, c’est « de chacun selon ses capacités, et à chacun selon ses besoins ». C’est-à-dire que tout le monde doit payer l’impôt, en fonction de ses revenus et de son patrimoine, pour garantir les besoins fondamentaux de tous. Autrement dit, l’impôt sert à lever des fonds et à financer l’activité publique, mais il a aussi la fonction de redistribuer, ce que l’on semble avoir complètement oublié.

Faut-il réformer la politique fiscale ?

Un virage à 180°, à l’opposé du système fiscal actuel est nécessaire pour redéfinir un nouveau contrat fondé sur la justice. La suppression de l’impôt sur la fortune ou le prélèvement proportionnel forfaitaire – et non plus progressif – ont considérablement porté atteinte à la justice fiscale. Il faut réintroduire des tranches supplémentaires dans l’impôt sur le revenu, remettre l’ISF en le rendant plus progressif, tout comme l’imposition sur le capital et les revenus financiers, et revoir également la fiscalité indirecte sur la consommation – en particulier la TVA, qui est un impôt régressif : il touche plus les bas revenus que les hauts revenus. On pourrait donc mettre un taux zéro sur la tranche la plus basse des biens de première nécessité, et au contraire l’augmenter sur les biens de luxe ainsi que les biens jugés polluants, dangereux ou inutiles.

Il faut aussi supprimer certaines niches fiscales inutiles, coûteuses et inégalitaires, comme le CICE [crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, qui permet notamment à des très grandes entreprises de bénéficier d’avantageuses ristournes fiscales, ndlr], et développer certains impôts beaucoup trop faibles, en France : l’écotaxe et la fiscalité écologique, plus faible en France que chez nos voisins, qu’il faut repenser pour qu’elle soit plus efficace et plus juste ; et une meilleure fiscalité du capital, avec par exemple la taxation sur les transactions financières qui peut rapporter quelques dizaines de milliards en France. Un autre prélèvement obligatoire dont on ne parle pas beaucoup, c’est la CSG - la contribution sociale généralisée. Elle a une qualité, c’est de taxer en même temps les revenus du capital et ceux du travail. Mais il faut la rendre progressive : vous payez plus de CSG si vous avez des revenus ou un patrimoine plus élevés. Cette réforme serait un facteur à la fois de justice fiscale et de revenus supplémentaires pour la protection sociale.

Et puis, il faut évidemment se battre contre l’évasion fiscale. En France, cela représente au total entre 60 et 100 milliards, soit à peu près le montant du déficit public avant la crise. Il faut absolument être plus interventionniste et plus sévère, comme c’est le cas aux États-Unis : quand on y fraude fiscalement, on va en taule ! En France, il n’y a qu’à voir le cas Cahuzac…

Pour l’heure, c’est plutôt l’option de la création monétaire qui est privilégiée : qu’en pensez-vous pour la suite ?

On a les moyens, via la Banque centrale européenne, d’annuler en grande partie – si ce n’est en totalité – la dette « nouvelle », accumulée à l’occasion de la crise. Comment ? Par l’achat par la BCE dès leur émission des titres publics de dette, les fameux « bons du Trésor ». Ensuite, la BCE peut transformer l’échéance de 3, 5 ou 10 ans de ces créances qu’elle détient sur les pays en une dette dite « perpétuelle », c’est à dire une dette qui ne sera jamais remboursée. Au total, la charge de la dette pour les États est fortement réduite, puisqu’il n’y a plus de remboursement, et que les taux d’intérêts sont très bas actuellement. Cette procédure a un double avantage : elle conduit à une quasi-annulation de la dette, et permet leur mutualisation à l’échelle des pays de la zone euro.

Qui, derrière, assumera le coût de ce non-remboursement ?

Personne, dans le sens où il n’y a pas de créancier lésé : la créancière, c’est la BCE, autrement dit, nous tous. C’est pourquoi il y a mutualisation de la dette. Certains disent que la BCE n’a pas les fonds propres pour ça, mais c’est une erreur : la BCE ne fonctionne pas comme une banque ordinaire, elle est un peu comme l’État, avec des propriétés particulières, notamment celle de créer de la monnaie ex-nihilo.

De manière générale, faisons attention à notre manière d’analyser la dette et ne pas raisonner que d’un seul côté – cela vaut tout autant pour les particuliers ou les entreprises : on a tendance à ne regarder que le passif, alors que ce qui compte, c’est l’actif, ce que j’ai fait avec cette dette. Quels investissements, quels biens d’équipement pour une entreprise, quel logement pour un ménage... Quand on regarde le cas de la France, on voit certes une dette importante, mais en face, nous avons des actifs publics qui sont extraordinairement importants pour la qualité de notre vie, et pour l’appareil productif – ce sont des infrastructures de transport, de télécommunication, etc. Nous avons donc une dette qui est utile socialement, mais aussi productive. Elle n’est pas dangereuse économiquement puisqu’elle est source de création de richesses.

Pour l’instant, cette question de la mutualisation des dettes semble être un vrai facteur de blocage au niveau européen…

Mutualiser les dettes est aux antipodes du discours idéologique néolibéral de la BCE et de la plupart des États, qui considèrent que la dette doit forcément être remboursée. Christine Lagarde [présidente de la BCE] a encore fait des déclarations récemment en ce sens, mais elle risque de devoir avaler son chapeau, contrainte et forcée. Si elle ne veut pas un effondrement général de l’économie européenne, elle va devoir racheter de la dette publique, c’est d’ailleurs ce qu’elle fait déjà tous les jours. Politiquement, c’est peut-être habile de ne pas dire trop fort qu’elle ne sera pas remboursée, mais concrètement, c’est ce qui devrait se passer.

Les Allemands utilisent beaucoup l’argument moral pour justifier leur positionnement : si vous êtes endettés, c’est que vous avez mal géré, et donc il faut payer pour ça. C’est le but des politiques d’austérité que de punir. C’est ce qui s’était déjà passé au moment de la crise grecque, les Allemands considéraient qu’il n’y avait pas de raison que les Grecs ne remboursent pas leur dette puisque c’était de leur faute s’ils en étaient arrivés là. Or, quand on travaille sur l’origine des dettes publiques à travers le monde, on se rend souvent compte qu’une partie de celles-ci sont illégitimes, voire « odieuses » : elles ont servi à l’enrichissement de dictateurs ou à financer des biens inutiles comme l’armement. C’est pour cela qu’on défend l’idée de l’audit citoyen de la dette publique que nous demandons.

Concrètement, préconisez-vous les coronabonds ?

Je préfère une mutualisation par la création monétaire de la BCE. Les coronabonds, c’est se remettre à nouveau dans la main des marchés puisque ces titres pourront donner lieu à de la spéculation, avec potentiellement des gains considérables pour certains acteurs, ce qu’on n’a pas spécialement envie de favoriser. Si l’on parvient à démontrer que les coronabonds sont peu sujet à spéculation, cela mérite discussion. Pour l’heure, je privilégie le financement des dépenses publiques par la monnaie de la BCE, et par une réforme fiscale mettant à contribution les multinationales et les riches.

L’épargne populaire pourrait-elle également être mise à contribution ?

Oui, il faut réhabiliter des circuits de financements publics mobilisant l’épargne populaire. Cela peut passer par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui a déjà ce rôle de collecter l’épargne – via les livrets A, de développement durable – pour la canaliser vers le logement social ou du prêt aux collectivités territoriales. Il y a plusieurs façons de collecter l’épargne, soit par l’émission de titres par la CDC, soit l’ouverture de comptes spéciaux par exemple, mais il s’agirait cette fois de flécher cette épargne vers des projets de relance très clairement ciblés sur la transition écologique et sociale. Un grand emprunt national ? Pourquoi pas, mais cela dépend de la forme qu’il prend. Si c’est par l’émission de titres qui pourraient finir sur le marché, non !

L’enjeu, c’est de renationaliser la dette, comme au Japon dont l’essentiel de la dette est détenu par ses ressortissants. A l’inverse, en France, notre dette est détenue pour plus de la moitié par des investisseurs internationaux, tels que BlackRock, qui en font un objet de spéculation. Ce qui compte, c’est de réduire le pouvoir de la finance sur les États. C’est pour cela qu’on ne veut pas émettre des titres qui, demain, donneraient des armes aux financiers pour imposer des politiques d’austérité, en Europe notamment.

N’y a-t-il justement pas un risque d’assister à une nouvelle vague d’austérité ? Ces dernières années, cela reste le principal levier qu’ont utilisé les États…

On vient de constater le résultat de ces politiques d’austérité sur l’hôpital public. L’abandon de ces politiques dépendra du rapport de force politique, et éventuellement des changements idéologiques qui interviendront à la suite de cette crise. Je pense que les gouvernements y réfléchiront à deux fois avant de relancer des politiques d’austérité dans certains secteurs. L’opinion publique est désormais sensibilisée ! Il faudra rester très vigilants, car ceux qui gouvernent auront du mal à changer de « logiciel » politique. Il suffit de voir les prises de position du Medef qui cherche à revenir au « monde d’avant ».

Revenons à l’Europe : comment jugez-vous la réponse des institutions européennes ? La crise fragilise-t-elle l’UE ?

D’abord, il n’y a eu aucune solidarité trans-européenne. Des pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas ont ressorti ce discours du « pas question de payer pour les autres », en s’appuyant sur la clause du « no bail-out » qui figure dans les traités et qui limite la capacité de soutien entre les États membres. Ensuite, les États ont réagi en ordre dispersé face à la pandémie, avec chacun des politiques très différentes. Il n’y a eu aucune concertation, aucune tentative d’avoir des politiques communes. C’est très grave, parce que ça veut dire que les États européens font passer leur nationalisme avant la coopération européenne.

La Commission n’a pas réussi à proposer une politique commune, même s’il faut reconnaître que c’est difficile. Le plan de 550 milliards d’euros pour venir en aide aux pays en difficulté reste très insuffisant. En plus, il y a des conditions – c’était l’une des exigences des Pays-Bas : on prête, mais uniquement pour les dépenses de santé ! Or il est également essentiel d’aider d’autres secteurs comme l’agriculture, ou les PME dans des secteurs prioritaires. Ces conditionnalités-là sont inacceptables.

Le pacte de stabilité a tout de même été assoupli, avec la suspension des règles de 3% ?

Cela va dans le bon sens, en effet. Cela n’a été obtenu que sous la pression des événements, et c’est une suspension provisoire. Le pacte budgétaire n’est donc pas remis en cause – il ne peut de toute façon pas vraiment l’être, puisque c’est un traité international. Mais de ce point de vue, ces coups de boutoir ne peuvent qu’être salutaires : cela montre combien ces objectifs et ces contraintes sur les finances publiques sont dangereuses !

Il est temps de repenser un nouveau contrat social européen, avec pourquoi pas des impôts et des cotisations européens. Le pouvoir de l’Assemblée reste insuffisant, on a besoin d’un Parlement plus légitime et plus représentatif. C’est notamment l’idée d’une 3ème chambre, celle des citoyens, qui seraient tirés au sort et qui siégeraient avec un pouvoir de contrôle et de proposition. En France comme en Europe, cette idée d’une 3ème chambre citoyenne me paraît importante pour renouveler notre démocratie, et pour qu’il y ait une adhésion à l’idée européenne, bien mal en point. Il faut une réforme institutionnelle en profondeur de l’UE, et donc probablement une constituante européenne – comme cela avait été essayé sans résultat probant en 2005. Un nouveau traité est devenu nécessaire, pour une Europe solidaire, écologique et sociale.

Faut-il plus d’Europe ?

Bien sûr ! Pas l’Europe néolibérale, mais une autre Europe, qui joue un rôle stratégique dans le monde de demain, en faveur de la transition écologique et sociale. Certains pays ne sont pas d’accord ? C’est leur droit. Dans ce cas, développons des systèmes de coopération renforcée – ce qu’on appelle parfois une « Europe à géométrie variable ». C’est une idée que défend Thomas Piketty notamment : si des pays comme la Pologne ou la Hongrie ne veulent pas jouer le jeu, très bien, on ne les chasse pas, ils peuvent rester dans l’Europe, mais hors de ces systèmes de coopération renforcée. Autrement dit, sans le modèle social européen.

Les quatre grands pays européens – la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, car on ne peut pas imaginer une Europe sans ces quatre-là – doivent prendre l’initiative d’un nouveau traité et s’unir pour défendre cette vision alternative. Comme à ses débuts, d’une certaine manière, avec des solidarités et des politiques publiques plus importantes. Si on ne fait pas ça, l’Union européenne va finir par mourir, tout comme la zone euro. Peut-être pas demain, mais après-demain !

Cela peut-il passer par un plan de relance comme le Green deal européen, par exemple ?

L’enjeu crucial, c’est surtout d’articuler les politiques actuelles de relance aux secteurs et aux emplois de la transition écologique et sociale, avec une conditionnalité des aides qui empêcherait par exemple de financer les acteurs de l’énergie fossile. Pour l’instant, on semble plutôt parti pour faire une relance « aveugle », sans aucun critère climatique. Il faut aussi raisonner en termes de souveraineté, alimentaire et sanitaire par exemple, en relocalisant une grande partie de notre production. Il ne s’agit pas de protectionnisme tous azimuts. Les pays du Sud ont besoin de commercer avec nous, donc il faut reconstruire des échanges avec ces régions moins favorisées que nous, en sortant de la logique et de l’idéologie des accords de libre-échange. Ne pas oublier non plus le numérique, qui est un domaine stratégique, où il nous faut retrouver nos propres moyens, pour limiter notre dépendance aux technologies étrangères. Les « GAFA » nous font perdre une partie de notre marge de manœuvre, et de notre liberté !

C’est tout l’enjeu des relocalisations. Je constate malheureusement que le Green new deal n’intègre pas cette dimension pour le moment. Il est pourtant vital de redonner du pouvoir et de l’importance aux territoires. C’est exactement ce qu’a détruit la mondialisation : elle a « déterritorialisé » les biens et l’argent, qui circulent désormais sans aucune référence aux territoires et à leur population.

Propos recueillis par Barnabé Binctin

 

Retrouvez la première partie de notre entretien : « Ceux dont on a le plus besoin pour survivre sont les plus dévalorisés par les élites néo-libérales »

Notes

[1Dominique Plihon est économiste, a été professeur à l’Université Paris XIII. Il est membre d’Attac France et des économistes atterrés.

 

 

Emplois précaires, impôts non payés… un rapport réalisé par des associations et syndicats dresse la liste des méfaits de la multinationale du commerce en ligne. À lire avant les achats de Noël.

C’est le deuxième « A » du sigle des Gafam : Amazon. Le site d’achat de livres en ligne est aujourd’hui devenu le premier distributeur en France – hors produits alimentaires – et l’une des plus grandes multinationales du monde, avec une valeur sur les marchés avoisinant les 800 milliards de dollars de capitalisation ! « Évasion fiscale massive, développement d’entrepôts entièrement robotisés, livraisons par drones, repas fournis en moins de 30 minutes, salarié·e·s sous surveillance, reconnaissance faciale, destruction d’invendus… Le monde selon Amazon, première capitalisation boursière au monde, semble s’inspirer d’une science-fiction. C’est pourtant une réalité chaque jour plus concrète », résume Attac dans un rapport sorti ce dimanche 24 novembre. Avec les organisations les Amis de la terre et l’Union syndicale Solidaires, ils ont décrypté le modèle Amazon : « Cette position invasive et omnipotente, Amazon a pu l’acquérir en s’affranchissant d’une série de règles et de lois. »

Amazon emploie 645 000 personnes dans le monde, dont 7500 dans ses six centres logistiques et ses agences de livraison en France (fin 2018). Ces emplois sont pour beaucoup précaires, en intérim, voire en auto-entrepreneurs, comme pour les chauffeurs-livreurs du service parisien d’Amazon de livraison épicerie. Les intérimaires y « représentent souvent la moitié des effectifs, comme cela a pu être constaté en Allemagne, en France et en Pologne », note Attac.

 

Ces emplois précaires sont en plus confrontés à des conditions de travail de plus en plus difficiles physiquement. « Sur certains postes les salarié·e·s marchent plus de 15 kilomètres par jour et portent souvent des charges lourdes. Le règlement de l’entreprise impose une productivité en hausse constante, dont toutes les données sont transmises et suivies au siège d’Amazon », explique le rapport. Les travailleurs chargés de préparer les commandes sont munis d’un appareil électronique qui leur donne des instructions tout en les surveillant et les géolocalisant en permanence.

Un robot pour 4,7 salariés

« La surveillance, c’est le principe même de l’organisation du travail dans les entrepôts, constate Didier Aubé, secrétaire national à Solidaires. Un autre sujet, c’est le remplacement des humains par des robots. » En 2017, Amazon ne comptait plus que 4,7 salariés pour un robot, contre près de 8 salariés pour un robot deux ans plus tôt. En France, le tout nouveau site de Brétigny-sur-Orge est le premier à être équipé de plusieurs milliers de robots mobiles. « Dans les sites d’Amazon, la mobilisation des travailleurs reste compliquée, les représentants syndicaux et les syndiqués ont encore plus de pression que les autres », rapporte Didier Aubé. Pourtant, un front syndical européen commun émerge depuis plusieurs années au sein des sites de la multinationale du commerce en ligne. Les salariés allemands et polonais qui ont initié ce front européen ont été rejoints par des travailleurs d’Espagne, de France, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Lire aussi : Face au refus de tout dialogue chez Amazon, les syndicats européens coordonnent leurs actions

Le rapport d’Attac fait aussi le point sur les pratiques d’évasion fiscale. Comme les autres acteurs des Gafam (Apple, Google, Facebook), Amazon est experte en la matière. Selon les calculs d’Attac, l’entreprise dissimule 57% de son chiffre d’affaires réalisé en France, par le biais d’une filiale luxembourgeoise qui gère les ventes réalisées en Europe sur ses sites internet. Pourtant, les pouvoir publics semblent prêts à tout pour faire venir des sites d’Amazon sur leur territoire : exonération d’impôts locaux, prix du foncier imbattable, construction d’infrastructures...

« À Lauwin-Planque [dans le Nord], la communauté de communes a aménagé les routes et construit des ronds-points pour près de 800 000 euros », illustre Attac. « Une broutille par rapport aux élu·e·s de la Somme, qui ont déboursé trois millions d’euros pour accueillir un entrepôt à Boves. » Sans compter les investissements massifs dans les infrastructures qui entourent les centres logistiques. « Cela a été le cas près de Metz, où 35 millions d’euros de travaux d’investissement ont été votés près d’un site Amazon, en grande partie à l’usage direct de la multinationale. »

Les gilets jaunes et LREM sont d’accord : Amazon détruit en fait des milliers d’emplois

Tout cela pour ramener des emplois, même ultra-précaires ? Même pas. « En mesurant l’impact net d’Amazon sur l’emploi aux États-Unis où la multinationale est implantée depuis plus longtemps, on constate que pour un emploi créé par Amazon, deux emplois sont détruits », souligne le rapport d’Attac. C’est aussi le constat qu’a fait le député LREM Mounir Mahjoubi. En fin de semaine dernière, l’élu parisien a lui-même publié une note sur les effets d’Amazon sur l’emploi. Sa conclusion : en comptant tous les emplois que l’implantation d’Amazon en France a détruit dans le commerce traditionnel, l’entreprise a en fait provoqué une destruction nette de 7900 emplois !

Les Gilets jaunes ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. Au fil de l’année, Amazon est devenu une cible de leurs mobilisations. « Dans un silence médiatique assourdissant, on recense en réalité pas moins de 20 blocages de sites Amazon depuis le début du mouvement et 23 lorsqu’on compte ceux réalisés avec les Amis de la Terre et ANV-COP21 sur 3 sites le 2 juillet 2019 », souligne Attac.

Pourquoi des organisations écologistes s’opposent-elles aussi à Amazon ? La firme est un gros émetteur de gaz à effet de serre : 55,8 millions de tonnes de CO2 en 2018, « soit l’équivalent des émissions du Portugal ». Sans compter la production de masses de déchets du fait des pratiques de gaspillage de l’entreprise : trois millions de produits neufs ont été détruits par Amazon en France en 2018. En attendant que de vraies mesures fiscales soient prises pour qu’Amazon paie des impôts à hauteur de ses profits, Attac demande « l’arrêt de la construction de nouveaux entrepôts en France, tant que les mesures assurant le respect de l’Accord de Paris [sur le climat] et qu’une étude d’impact sur l’emploi n’auront pas été mises en place ».

Voir aussi le site d’Attac Stop Amazon

Lire :Impunité fiscale, sociale et environnementale : immersion dans le modèle Amazon

Photo : CC Die Linke Nordrhein-Westfalen via flickr.

 

 

Par Amélie Canonne et Maxime Combes, sur Bastamag.

 

Lors du forum économique de Davos, la France et l’Allemagne ont communiqué sur la création d’un fonds climat avec BlackRock. Un cadeau inespéré pour le plus gros gestionnaire d’actifs qui investit des milliards de dollars dans les énergies fossiles.

C’est depuis le Forum économique mondial de Davos, cette station de ski suisse que l’on rejoint en jet privé, que BlackRock, l’Agence française de développement (AFD) et le ministère allemand de l’Environnement, alliés à des fondations philanthropiques privées, ont annoncé avoir finalisé la création du « Climate Finance Partnership » (CFP, "partenariat sur le financement climatique") [1].

Le CFP est un véhicule d’investissements qui sera initialement doté de 100 millions de dollars, dont 60 millions garantis sur fonds publics provenant de l’AFD et de l’Allemagne. Le fonds a pour objectif de lever jusqu’à 500 millions de dollars pour financer des projets liés au climat dans les pays à revenus intermédiaires d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique. Des investissements dans les secteurs des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du stockage et des réseaux électriques sont annoncés, sans détail en termes de calendrier.

Des montants ridiculement faibles

En juillet 2019, Emmanuel Macron avait reçu dans les salons dorés de l’Élysée huit des principaux gestionnaires d’actifs mondiaux, dont Larry Fink le PDG de BlackRock, pour « accélérer les investissements en faveur du climat ». En ajoutant au lancement de ce CPF, l’engagement récemment pris par Larry Fink de progressivement se désintéresser du charbon, ne faut-il pas se féliciter au regard de l’urgence climatique et de la nécessité de lever des financements supplémentaires pour le climat ?

Précisons que les montants évoqués sont ridiculement faibles. Les pays riches avaient promis en 2009 de débloquer 100 milliards de dollars pour les pays du Sud d’ici à 2020. Plus de dix ans après la conférence climat de Copenhague, nous savons que ce sont en réalité plusieurs milliers de milliards de dollars qu’il faut trouver pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique et mener des politiques d’adaptation efficaces. Même à l’aune de ces 100 milliards, le CFP ne représente qu’un montant dérisoire, au mieux 0,5 %.

Une initiative peu adaptée à l’urgence climatique dans les pays du Sud

Une large partie des financements nécessaires à la lutte contre les changements climatiques doivent aller à des politiques d’adaptation aux dérèglements du climat, autrement dit d’anticipation des catastrophes, de transformation des infrastructures, et de conversion des systèmes alimentaires. Le programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE) évaluait en 2016 les coûts de l’adaptation dans les pays en développement à une fourchette allant de 140 à 300 milliards de dollars par an pendant cette nouvelle décennie [2] .

Or, ces projets d’adaptation (construction de digues, rénovations urbaines, soutien au monde agricole, etc.) n’offrent pas de rentabilité suffisante à des investisseurs. Le CFP et toutes les initiatives mobilisant des investissements privés ne s’y intéresseront pas. L’adaptation exige en premier lieu des dons provenant d’argent public supplémentaire, pérenne et sans contrepartie.

S’agissant des politiques d’atténuation qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre à long terme, elles doivent se développer à l’échelle locale, en s’appuyant sur les savoir-faire des communautés d’habitants et d’usagers. Or l’implication d’acteurs financiers internationaux va favoriser des projets technologiques à grande échelle, conçus loin des besoins des communautés. Il n’est pas certain que les populations en Afrique, Asie, Amérique du Sud, ou dans les petites îles du Pacifique n’aient besoin de gestionnaire d’actifs tels que BlackRock.

Refus d’évaluer les conséquences de l’Accord de Paris sur sa stratégie d’investissement

Tournons ensuite les yeux vers BlackRock. Larry Fink, son PDG, est connu pour régulièrement déclarer que les entreprises doivent attribuer « une contribution positive à la société », et tenir compte des enjeux écologiques et sociaux dans leurs investissements. C’est ce qu’il vient d’affirmer à nouveau dans la lettre qu’il rend publique chaque début d’année, annonçant son intention de privilégier les investissements centrés sur la « soutenabilité » et « le climat », de laisser de côté le charbon et de proposer des produits « filtrant les combustibles fossiles ».

En septembre 2016, BlackRock avait déjà publié un rapport qui énonçait que l’ensemble des investisseurs, dont BlackRock, devaient tenir compte de la protection de l’environnement et du climat dans leurs choix d’investissement. Exhortations louables, dont l’application est toutefois contredite par les faits : quelques semaines avant la publication de ce rapport, BlackRock avait fait échouer lors de l’assemblée annuelle des actionnaires d’ExxonMobil le vote d’une résolution se limitant à proposer qu’Exxon évalue les conséquences de l’Accord de Paris sur sa stratégie d’investissement [3].

Des milliards de dollars d’investissement dans les énergies fossiles

Une étude du Guardian, publiée en octobre 2019, portant sur les investissements dans les énergies fossiles des « Big Three » (les gestionnaires d’actifs BlackRock, Vanguard et State Street), montre d’autre part qu’ils ont accumulé près de 300 milliards de dollars d’investissements dans les énergies fossiles : à travers 1712 fonds, Vanguard détient 161 milliards de dollars, BlackRock 87 milliards et State Street 38 milliards. Les 100 à 500 millions d’euros du CFP ne pèsent pas lourd.

Mieux, les réserves de charbon, pétrole et gaz des entreprises dont une part du capital est détenue par ces trois fonds d’investissement ont augmenté de 34,8 % depuis 2016, faisant d’eux les plus importants investisseurs de la planète dans les énergies fossiles. Soit un stock potentiel d’émissions de gaz à effet de serre qui a augmenté depuis l’Accord de Paris, passant de 10,6 gigatonnes de CO2 à 14,3 gigatonnes. BlackRock est ainsi un actionnaire important de Total, avec près de 6 % de son capital.

Un tiers des membres du conseil de direction de BlackRock lié à des entreprises des énergies fossiles

D’autre part, une étude de l’IEEFA (Institute for Energy Economics and Financial Analysis) a montré que BlackRock mène par bien des aspects une politique d’investissement contradictoire avec les enjeux climatiques [4]. Tout d’abord, six des 18 membres du conseil de direction de BlackRock sont liés à des entreprises des énergies fossiles, comme Halliburton, GE ou BP. Seulement 0,8% du portefeuille total de Blackrock est d’ailleurs investi dans des fonds comportant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) : soit une goutte d’eau au regard des 7000 milliards d’actifs dont BlackRock a la gestion.

Plus important encore : BlackRock a mis sur pied de nombreux produits d’investissement qui sont fondés sur l’évolution d’indices boursiers. Puisque les compagnies pétrolières et gazières occupent souvent une place de choix sur les principales places financières de la planète (Total représente environ 10 % de la capitalisation du CAC40), la performance des actifs gérés par BlackRock est structurellement fortement dépendant des résultats des compagnies pétrolières. Par ailleurs, BlackRock n’a soutenu en 2018 que 10 % des résolutions liées au climat soumises au vote en assemblées générales d’actionnaires des entreprises dont elle détient des actifs.

Le cadeau de Paris et Berlin à BlackRock

À la lumière de ces faits, offrir à l’un des gestionnaires d’actifs les plus investis dans les énergies fossiles l’opportunité de se présenter comme porte-drapeau de l’investissement climato-compatible fait figure de cadeau inespéré de la part de Paris et Berlin. On n’attend pas des pouvoirs publics qu’ils se chargent de coordonner les opérations de greenwashing d’investisseurs comme BlackRock. Encore moins face à des montants dérisoires : les 500 millions d’euros du CFP représentent moins de 0,01% des actifs gérés par BlackRock.

Ce qu’on attend des pouvoirs publics, la France et l’Allemagne en premier lieu, est au contraire de prendre le taureau de la Bourse et des marchés financiers par les cornes. Intervenir de façon contraignante pour imposer aux investisseurs et gestionnaires d’actifs de ne plus investir dans les énergies fossiles et activités destructrices de l’environnement n’est pas autorisé par les règles actuelles du droit de l’investissement. Il est donc urgent de modifier les règles du jeu pour qu’il ne soit plus possible de continuer à investir dans le secteur des énergies fossiles.

Enfin, on attend des pouvoirs publics de réorienter l’argent public qui finance encore l’aggravation du réchauffement climatique, de desserrer l’étau qui empêche aujourd’hui de s’endetter pour financer l’intérêt général et, d’autre part, de taxer à des niveaux suffisants les revenus du capital - en menant une lutte résolue contre l’évasion fiscale - pour débloquer les financements et l’argent public nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique. Les pays et les populations du Sud n’ont plus les moyens de temporiser. Ni le loisir de s’en remettre au bon vouloir de BlackRock et autres investisseurs privés.

Amélie Canonne [5] et Maxime Combes [6]

Photo de une : manifestation du 9 janvier 2020 / © Attac44

Notes

[1] Ce partenariat sur la finance climatique avait déjà été annoncé lors de la deuxième édition du One planet summit, en septembre 2018.

[2] Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) (2016), The Adaptation Gap Report 2016 : The adaptation finance gap. (source)

[3] Sources : BlackRock issues climate change warning, Financial Times, 6 septembre 2016, et Asset managers accused of climate change hypocrisy, Financial Times, 25 septembre 2016

[4] IEEFA report : BlackRock’s fossil fuel investments wipe US$90 billion in massive investor value destruction, août 2019 (source).

[5] Membre d’Attac, Amélie Canonne a conduit en France la campagne européenne d’opposition au traité transatlantique en tant qu’experte en politique commerciales et climatiques.

[6] Maxime Combes est économiste spécialiste de l’environnement et membre d’Attac. Il a publié Sortons de l’âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, 2015).

 
 
 
 

Vous êtes victime ou témoin de faits de corruption ? Vous souhaitez signaler des faits intervenus dans le cadre de votre travail ou dans votre vie quotidienne ?

Avant d’agir, il est primordial de connaitre vos droits et de prendre toutes les précautions nécessaires. Grâce à son équipe de bénévoles, Transparency International France vous accompagne en vous apportant assistance juridique et soutien moral. Notre permanence Alerte corruption ! a vocation à analyser des signalements traitant de corruption, de conflits d’intérêts et plus généralement d’atteintes à la probité. Transparency France est également agréé pour recevoir des signalements concernant des déclarations d’intérêts ou de patrimoines inexactes ou incomplètes et qui concernent un décideur public visé par ces obligations déclaratives.

Alerte corruption ! fonctionne principalement grâce à l’engagement bénévole de juristes membres de l’association mettant leur expertise au service de ce projet.

Comment nous faire parvenir un signalement ?

  •  
    Par téléphone

    En contactant notre permanence téléphonique ouverte du lundi au vendredi de 14h00 à 17h00 au +33 9 72 64 42 87

  •  
    Via notre plateforme de signalement sécurisée

    En signalant des faits de corruption, vous êtes susceptible d’être exposé à des risques (pressions éventuelles, sanctions ou mesures de représailles). Dans certains cas, il est conseillé d’effectuer un signalement confidentiel. Grâce à cette plateforme, vous pourrez  nous faire parvenir des messages et des documents sous forme de données cryptées, de manière anonyme tout en préservant l’identité de vos sources.

Comprendre notre plateforme en 2 min, cliquez sur l'image pour voir la vidéo :

 

 

Informations supplémentaires