QUI A ENTENDU PARLER DANS LES MEDIAS DU VOTE IRLANDAIS ?

Comme vous le savez sans doute, le 12 juin, dans maintenant moins d'un mois, les Irlandais seront le seul peuple européen à se prononcer par référendum sur le traité de Lisbonne qui recycle la quasi totalité de la défunte constitution.


Les orientations sont exactement les mêmes : libre-échange absolu, concurrence effrénée, compétition entre Etats et salariés européens, indépendance de la BCE, lien étroit de la défense européenne à l'OTAN, fonctionnement opaque des institutions européennes puisque seule la commission européenne conserve le monopole de l'initiative législative...

Les Irlandais sont en plein campagne et cette campagne est gagnable !


Un dernier sondage donne 35% pour le OUI, 31% pour le NON et un tiers d'indécis. C'est une évolution très encourageante par rapport aux précédentes enquêtes.

Mais ici, le gouvernement, la commission européenne et les partis favorables au traité ont sorti le grand jeu : drapeau européen partout, panneaux rappelant les financements reçus, risque d'isolement en cas de "non", visite d'Angela Merkel...

Bref nos amis partisans du "non" réunis au sein d'une coalition regroupant plus d'une dizaine d'organisation ont besoin d'un peu de soutien, même électronique et même venu de loin.

Ils ont donc créé un site sur lequel les citoyens des autres Etats peuvent voter contre le traité de Lisbonne et, si vous parlez anglais, vous pouvez aussi rédiger des lettres expliquant pourquoi qui seront ensuite transmises à des citoyens irlandais. Il est très important de montrer que les Irlandais ne sont pas seuls, qu'ils ne seront les moutons noirs (c'est le cas de le dire) s'ils votent contre le traité.
Une seule chose à faire : aller sur http://www.irish-friends-vote-no-for-me.org et votez !

Fraternellement

Matthias, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PS: il va sans dire que les votes ne compteront malheureusement pas le 12 juin. On peut se dire que ça ne changera pas grand chose mais au contraire, ceux qui font campagne contre le traité ont besoin de se sentir soutenu et les hésitants d'être rassurés quant à leur isolement présumé.

Informations supplémentaires