Conseil municipal

La maire de Bondy piégée par un canular poujadiste

  • Imprimer

La maire de Bondy piégée par un canular poujadiste

 

Le dernier tract de Sylvine Thomassin, la maire PS de Bondy, est fièrement intitulé « Bondy une ville dynamique et bien gérée ». Pour tenter de le démontrer chiffres à l’appui, elle ose référer à un « argus des communes » réalisé par l’association des « Contribuables associés ». Ce tract, massivement distribué, affirme que Bondy, gratifiée d’un 17/20, serait « la 2ème ville de Seine-Saint-Denis pour sa bonne gestion ». Cocorico unanime dans la liste de « gauche unie » de Bondy !

 

Seul problème : c’est un canular d’un lobby proche de l’extrême droite.

 

Qui sont les contribuables associés ?

Cette association est un lobby poujadiste proche de l’extrême droite. Les « Contribuables associés » assurent une émission hebdomadaire sur Radio Courtoisie, radio régulièrement rappelée à l’ordre par le CSA pour ses dérapages racistes. Entre deux interviews de Marine Lepen ou du Bloc Identitaire les « Contribuables Associés » s’attaquent à toute forme de fiscalité, aux services publics, aux fonctionnaires et aux syndicats.

 

Mme Thomassin n’a pas compris : ce que ces « Contribuables associés » (CA) prétendent mesurer objectivement n’est pas un critère de bonne gestion. C’est le niveau de dépenses publiques par habitant. Pour ces allergiques à l’impôt et aux services publics la ville idéale serait sans école, ni crèche, ni bibliothèque, ni terrains de sports ou cinémas municipaux, une commune et qui ne nettoierait pas ses rues et n’entretiendrait pas sa voirie. Rien à voir avec une évaluation d’une bonne gestion … dont il faudrait déjà définir les critères.

 

Il est inquiétant que la liste de « gauche unie » de Bondy choisisse de recourir aux conclusions de ce lobby de droite réactionnaire, censé être aux antipodes de leurs valeurs. Pire, l’équipe de campagne de Mme Thomassin n’a pas hésité à extrapoler leur étude (qui est une manipulation comme on le montrera plus bas) en faisant ce singulier raccourci : dépenses publiques réduites signifierait une bonne gestion. Ce n’est pas du tout ce que disent les CA qui déclarent ne répondre qu’à la seule question « votre maire est-il dépensier ? ».

 

Surtout, cet « argus des communes » n’est qu'une grossière manipulation de chiffres, un panneau (électoral) dans lequel sont tombés la maire de Bondy et tous ses colistiers. Cela démontre au final l’inverse de ce qu’elle espérait faire croire : à Bondy malgré des impôts très élevés l’investissement par habitant est l’un des plus faibles du département.

 

Dans la panique créée par un sondage défavorable, notre maire a manqué de vigilance et de prudence. Pourtant de nombreux indices troublant auraient dû l’alerter :

  • Pourquoi Gagny, classée première ville de Seine-Seine-Denis ne décroche-t-elle pas un 20/20 ?

  • Pourquoi leur podium mélange-t-il des villes de strates différentes alors qu’ils prétendent évaluer les villes d’une même strate1 ? Bondy (53 934 hab. en 2012 donc dans la tranche de 50 000 à 100 000 habitants) est classée avec Gagny (39 350 hab.) et Pierrefitte (28 706 hab.).

  • Pourquoi la prétendue « méthodologie » des CA est-elle si incompréhensible, opaque et invérifiable ?

  • Pourquoi n’expliquent-ils pas précisément comment sont calculées leurs fameuses notes ?

  • Pourquoi les CA ne présentent-ils pas un tableau complet avec le classement et les notes de chaque ville ?

 

Pour en avoir le cœur net Bondy autrement a analysé leurs notes pour les 40 villes de Seine-Saint-Denis et reconstitué le tableau qu’ils nous cachaient. Il révèle qu’ils ne respectent absolument pas leur propre méthodologie, mélangent choux et carottes et s’arrogent le droit de distribuer arbitrairement des zéros à tours de bras. (pour voir notre tableau, cliquez ICI)

 

Leur site Internet prétend expliquer Leur méthodologie : « dans chaque « strate » de population les communes ont été classées par ordre décroissant des dépenses totales par habitant. ».

 

Si les montants relevés sur le site http://alize2.finances.gouv.fr du Ministère des finances publiques sont exacts, les classements annoncés par strates n’ont à l’évidence pas été respectés. Les CA mélangent des villes de population très différentes alors qu’ils précisent bien « communes de même taille du département ». Coubron, ville de 4795 habitants à la frontière de Seine et Marne est ainsi mélangée avec Montreuil, 103 675 habitants aux portes de Paris. Ces deux villes ont-elles vraiment les mêmes problématiques urbaines et fiscales ?

Mais pour les CA peu importe la rigueur car tous les moyens sont bons pour faire du buzz autour du thème sempiternel du « trop d’impôts ».

 

Continuons : « Les 10% les plus dépensières obtiennent la note 0/20, les 10% les moins dépensières la note 20/20. Entre les deux, la note dépend de la position de la commune dans sa « strate ». »

Notre département comptant 40 villes nous devrions avoir donc quatre zéros et quatre 20/20. Mais aucune ville n’est créditée d’un 20/20 et Gagny, sur la plus haute marche de leur podium, n’obtient que la note de 18/20.

Par contre, les Contribuables Associés semblent s’être déchainés sur les zéros : pas moins de 14 zéros pointés, soit plus 35% des villes, au lieu de 10% prévus. Comme par hasard c’est la ville de Bobigny (PCF) qui a été la plus mal notée. Par une simple règle de trois elle aurait eu 11/20 mais les CA lui collent un zéro, na !

 

La seconde note, censée évaluer l’effort de réduction de dépenses publiques, est tout aussi incohérente. Le classement des taux d’évolution des dépenses publiques de 2008 et 2012 est farfelu. Par exemple, Aubervilliers (PS) prend aussi un zéro alors qu’elle est 12ème et devrait avoir 10/20.

 

Ils se présentent en tant qu’observatoire pour disposer d’une façade scientifique et osent scander « Pour bien voter encore faut-il être informé ! » sur chacune de leurs fiches mensongères.

 

Nous ne sommes pas les premiers à avoir dénoncé cette tricherie : http://aulnay-leblog.fr/plusloin/finances-locales-a-aulnay-stop-aux-rumeurs-demago/

 

Le plus consternant reste que de grands médias aient repris cet enfumage sans rien vérifier, ce qui a dû constituer un gage de sérieux et amorcer cette campagne de désinformation similaire à celle de la théorie du genre.

 

La morale de cette histoire ?

« Bondy, une ville bien gérée » ? Seulement selon une manipulation grossière orchestrée par un lobby réactionnaire...

Au contraire, en 2011 et 2012 le magazine Capital avait classé Bondy 4ème ville par le montant des impôts locaux payés par habitant. Chaque Bondynois doit consacrer 28 jours de salaire uniquement pour payer ses taxes foncières et d’habitation.

Croyant démontrer le contraire la maire de Bondy avoue qu’elle est une des villes du 93 qui investit le moins. Payer beaucoup d’impôts pour peu en retour, voilà qui l’éclatante démonstration de l’incompétence et de la gabegie actuelles.

 

Et la morale de cette morale ?

D'abord, être citoyen, c'est réfléchir et vérifier. On aimerait que les élus du PS soient aussi rigoureux que nous...

Ensuite, avant de soutenir n'importe quelle idée pour rafler des voix, il faut avoir des valeurs. Par exemple, il ne s'agit pas d'être opposé à toute forme d’impôts mais d'utiliser l'argent de chacun pour le bien-être de tous.

Enfin, pour nous le meilleur critère pour juger de la pertinence des impôts, c'est que les habitants décident de leur utilisation, cela s'appelle le budget participatif.