Europe

Et si le "NON" passait à nouveau en Irlande !

Et si le "NON" passait à nouveau en Irlande !

Seul parmi les 27 pays de l'Union Européenne à avoir la possibilité de s'exprimer par référendum, le peuple irlandais a déjà dit "NON " au Traité simplifié dit de Lisbonne, le 18 juin 2008.

Malgré ce rejet à une large majorité (plus de 53%), les dirigeants européens ont refusé de tenir compte des résultats de leur référendum, tout comme ils ont rejeté le vote des Français ou celui des Néerlandais.

Cette nouvelle forfaiture, ce déni de  démocratie est une trahison de plus de ceux qui dirigent l'Europe.

Depuis longtemps, la preuve est faite que l'Europe néolibérale, qui privatise les services publics, encourage le dumping social et s 'aligne militairement derrière les États-Unis d'Amérique, n'est pas celle que veulent les citoyens, et ils l'on massivement rejetée.

Du reste, l'abstention record des dernières élections en juin trouve son principal motif dans ce déni, et montre aussi le découragement des citoyens face à cette Europe molle, quasi immobile devant la crise, et absente en politique étrangère.

En juin 2001, les irlandais avaient déjà dit "NON " au Traité de Nice, et ils ont eu raison, car il a été reconnu depuis comme un mauvais traité. Malgré tout, en octobre 2002, lors d'un nouveau référendum, les Irlandais étaient priés cette fois de " bien " voter !

Comment peut-on oser reproposer au peuple irlandais le même scénario, la même mascarade que pour le Traité de Nice ?

 

Alors chers amis irlandais, revotez NON ! le 02 octobre prochain, pour le respect de votre propre décision ; mais aussi pour tous les autres peuples de l'Union Européenne privés de ce droit fondamental ; et surtout pour mettre un terme à l'Europe des marchands, des financiers et des lobbies.

 

 Vous êtes l'espoir d'une autre Europe possible, et  serez peut-être bientôt notre fierté !

 L'Irlande qui a donné naissance à tant de femmes et hommes si illustres, a la possibilité de sauver l'honneur de la démocratie européenne.

Jean Jaurès disait : "Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots". Mais pour le Traité simplifié dit de Lisbonne, nos technocrates n'en ont même  pas pris la peine, ils ont changé seulement les numéros des articles du TCE.

Toutes celles et tous ceux qui sont sincèrement attachés au respect des peuples et à la construction d'une Europe sociale, solidaire et respectueuse de l'environnement expriment leur encouragement au peuple irlandais pour qu'il rejette définitivement ce fallacieux Traité.

 

Lionel de Cahors

 

Informations supplémentaires