Un procès à Denain vient nous rappeler que selon le code électoral :

Quiconque, par des promesses de libéralités, de faveurs, faits en vue d'influencer le vote d'un ou de plusieurs électeurs, aura obtenu ou tenté d'obtenir leur suffrage sera puni de deux ans de prison et 15000 euros d'amende.

Oh, non, messieurs les juges, ça existe un candidat ou une candidate qui promet un emploi, une intervention dans un dossier ou un logement en échange d'un vote ?

Pas à Bondy, en tout cas, non, messieurs les juges.

Informations supplémentaires