En février, les murs étaient recouverts de roses. Ca doit être un effet du réchauffement climatique, ou de la campagne électorale. Pas une palissade, pas une baraque de chantier, pas un mur sans qu’une rose n’y pousse.

Et là des pommiers les remplacent. A chaque fois qu’il y avait une rose, un pommier. On pourrait même dire que les roses attirent les pommiers. Sur chaque palissade, baraque de chantier, mur, un pommier.

Roses ou pommiers, il paraît que cela provoque de plus en plus d’allergies.

Informations supplémentaires