Luttes locales

Grève de deux jours à la clinique Ambroise Paré (groupe Colisée)

Aucun dialogue entre la direction et les salariés

 Nos conditions de travail se dégradent de jours en jours

 

De nouveaux changements en notre défaveur nous parviennent tous les mois par notes de service jointes à nos bulletins de salaire.

 

  • Refus de l'employeur de poser des récupérations avant ou après les congés payés.

  • Diminution du salaire de base avec l'instauration d'une prime différentielle et complément individuel.

  • Les vacations supplémentaires effectuées après le 20 de chaque mois ne seront payées que le mois suivant.

  • Les sujétions de dimanche seront payées le mois suivant.

  • Les modalités concernant le délai de prévenance pour les échanges de jours entre salariés sont désormais de 15 jours de prévenance.

 

Les conditions de travail se dégradent

 

  • Un aide-soignant de nuit pour 36 patients (plusieurs patients lours), manque de matériel

  • Les aides-soignantes se retrouvent à 2 au lieu de 3 pour prendre en charge 36 patients.

  • Diminution des salaires des vacataires sans les prévenir, conséquence : les vacataires annulent leurs vacations, et les aides-soignantes se retrouvent à 2 au lieu de 3 pour prendre en charge 36 patients.

 

Manque de personnel – Démission de 3 médecins

 

  • Manque de kinésithérapeutes depuis plusieurs mois

  • Démission de l'assistante sociale

  • Démission de la psychologue

  • Démission de la secrétaire médicale, non remplacée à ce jour

  • Refus de la Direction de reclasser notre colègue aide-soignante qui est dans l'établissement depuis 15 ans (seule proposition de reclassement dans le Sud). Un poste est vacant. Pourquoi ne pas lui proposer et l'accompagner d'une froamtion, comme le code du travail le prévoit ?

  • La Direction ne respecte pas pour certains salariés la convention colective pour le 1/10ème des congés payés.

  • Des salariés subissent des pertes de salaires compte tenu d'une prise en charge défaillante par la Prévoyance. Cette défaillance est anxiogène et conduit à des situations de présentéisme alors même que le salariés devrait être arrêtés pour raison de santé.

 

Les syndicats CGT et SUD de la clinique Ambroise Paré appellent les salariés à deux jours de grève lundi 11 et mardi 12 juillet 2016

29/11 : soutien à Nora Zaidi

29 novembre : soutien à Nora Zaidi

Le mardi 29 novembre à 11h, aura lieu un rassemblement devant la Clinique Ambroise Paré – 2 avenue Jean Moulin – à Bondy-nord, pour défendre Nora ZAIDI déléguée syndicale CGT mise en cause par sa direction.

Nous avions relayé ces informations (Pour voir l'article précédent, cliquez ICI).

Nous ajoutons le soutien de Nadir Kitatni et la lettre du DRH.

Lire la suite : 29/11 : soutien à Nora Zaidi

Ambroise Paré : la CGT signe + 6%

Ambroise Paré : la CGT signe + 6%

Suite à la grève des salariés du centre de soins de suite, l'Union Locale CGT a signé lundi soir un accord avec les représentants de la Financière Montalivet pour une augmentation de 6% des salaires inférieurs à 1600€.

Lire la suite : Ambroise Paré : la CGT signe + 6%

Soutien à Mme Zaidi !

Soutien à Mme Zaidi !

Bondy autrement met en ligne le témoignage suivant, que nous venons de recevoir, de Mme Zaidi, déléguée CGT au Centre de soins de suite Ambroise Paré. 

Menacer les droits syndicaux, c'est s'attaquer aux droits de tous les salariés. Nous ne laisserons pas Mme Zaidi sans le soutien de la population.

En attendant des modalités plus directes, n'hésitez pas à écrire au site sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour que nous mettions vos propos en ligne (merci d'éviter tout propos insultant et diffamatoire !).

 

Lire la suite : Soutien à Mme Zaidi !

Ambroise Paré : précisions

Ambroise Paré : précisions

Nous étions présents aux côtés des militants de la CGT à 6 heures du matin ce vendredi 26 septembre devant le centre de soins de suite Ambroise Paré. (Pour leurs revendications : cliquez ici ).

Vincent Duguet, conseiller municipal de Bondy autrement, a même appelé M. Maillol, PDG de la financière Montalivet, propriétaire. M. Maillol a dit qu'il appellerait "Gilbert", (c'est le petit nom du maire de Bondy), pour vérifier son identité... Puisqu'une telle amitié semble exister entre les deux hommes, souhaitons que "Gilbert" la mette à profit pour que les salariés obtiennent satisfaction... 

La discussion avec les salariés met en évidence un certain nombre de dysfonctionnements pour les patients :

Lire la suite : Ambroise Paré : précisions

Informations supplémentaires