Aujourd'hui, Vendredi 13 Juin 2008, 13h10, j'attends, à l'écoute de France Info, le résultat du référendum sur l'approbation du "mini-traité de Lisbonne" par le peuple Irlandais… J'attends, comme, au soir du 29 mai 2005, j'attendais le résultat du vote des français pour le référendum portant-sur-la-ratification-du-traité-établissant-une-Constitution-pour-l'Europe, traité signé à Rome le 29 octobre 2004.

Flash à 13h30 : "Ce sera apparemment un vote NON", déclare en direct à la télévision Dermot Ahern, le ministre Irlandais de la Justice. " Il est très clair qu'il y a un vote non très important. En fin de compte, et pour une kyrielle de raisons, le peuple a parlé", a-t-il ajouté.

Nos gouvernants à nous, ceux qui, tous partis confondus, nous faisaient injonction, en 2005, de voter "OUI", parlaient des votants du "NON" comme de "mauvais Européens" voire des "anti-européens". Désolé messieurs, ce n'est pas contre l'Europe que nous avons voté en 2005, c'est contre la constitution que l'on nous en proposait. C'est ça, la démocratie : Hollande et Sarko disent "OUI", et nous nous disons "NON". Et en plus, vous voyez bien qu'il y avait un plan B, puisque Sarkozy l'a finalement fait entériner… Honteusement, contre le vote du peuple…

Flash à 14h22 : Alors que les estimations donnent le "non" gagnant, le gouvernement irlandais, par la voix catastrophée de son premier ministre, Brian Cowen, admet que son pays est sur le point de "rejeter le Traité de Lisbonne".

Un jour, peut être nos gouvernants, de droite comme de gauche, comprendront que l'on ne fait pas les choses contre le peuple mais avec lui ! Et si jamais les politiques voulaient vraiment  associer les peuples à la construction européenne, alors, qu'ils arrêtent de nous demander notre avis en voulant nous imposer la réponse ! Le principe de base de la démocratie c'est que le pouvoir s'exerce au nom du peuple, pas contre lui ! Et le principe de base de la République est que l'Etat appartient au peuple et non aux élus nommés par ce peuple…

Alors, maintenant qu'en France, les deux chambres, réunies en congrès ont voté "OUI" au traité de Lisbonne, si monsieur Sarkozy et ses sbires pensent que les volontés des élus sont l'émanation de la volonté du peuple, ils n'ont qu'à soumettre l'approbation de leur "mini traité" à un référendum populaire… Chiche?

Flash à 14h58 : "Euro 2008, qu'est-ce qui se passerait si…" Je mets 2 secondes à réaliser qu'il ne s'agit pas du référendum, mais de la Coupe d'Europe…

L'argument récurent des médias (pas toujours impartiaux, mais est-ce un scoop?) et des tenants du "OUI" était que l'Irlande est un des pays qui a le plus profité du soutien financier de l'UE… On comptait donc bien, si ce n'est sur la reconnaissance du ventre, du moins sur un retour d'ascenseur… A priori, il semblerait que…

Flash à 16h26 : Les Irlandais ont dit "non" au traité européen de Lisbonne, selon les premières projections de la radiotélévision publique RTE, tandis que certains ministres concédaient déjà à mots couverts la défaite du "oui", qui devrait plonger l'Europe dans une nouvelle crise.

"Il semble certain que les électeurs Irlandais ont rejeté le traité de Lisbonne", estime la RTE. Le "oui" n'a de chances de l'emporter que dans 6 des 43 circonscriptions, ajoute l'organisme public.Le "non" s'est imposé dans les six premières circonscriptions dont les résultats officiels ont été publiés en milieu de journée. Selon le site officiel consacré au référendum, le "non" obtenait 53,5% des voix contre 46,5% pour le "oui" après le dépouillement de 15,11% des suffrages. Bien sur, dans cette victoire des Irlandais, un élément me dérange très profondément, et qui, en plus, passe pratiquement inaperçu. C'est qu'il semblerait que l'avortement va rester, et pour longtemps peut-être, illégal en Irlande. Le malheur des Irlandaises va faire le bonheur des extrémistes de tout poil. Mais ce combat-là aussi devra être mené. Même sans le soutien d'une Constitution…

Flash à 17h11 : Interviewé sur LCI, André Lamassoure déclare " Je ne vois pas dans la Constitution irlandaise une obligation de référendum pour ratifier les traités européens. C'est une tradition qui s'est installée en Irlande. Cela a une valeur forte mais juridiquement, ils peuvent peut-être faire autrement".On prépare déjà le terrain, monsieur le porte parole(s) de l'U.M.P.? Démocratie, ton référendum fout le camp…

18h22 Dépêche agence AFP : La France et l'Allemagne, couple moteur de la construction européenne, ont également réagi de manière commune avant l'annonce des résultats en publiant un communiqué. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, qui s'étaient rencontrés lundi dans le cadre d'un sommet prévu de longue date, avaient prévu deux textes : l'un en cas de "oui", l'un en cas de "non". Sans véritable surprise, les deux pays disent "regretter" le résultat et appellent aussi à la poursuite de la ratification. Toutes ces questions seront abordées jeudi et vendredi prochains lors du sommet de Bruxelles.

Et voilà, c'est plié. 53,4 % pour le NON, 46,6 % pour le OUI. Normalement, après que la France et la Hollande aient enterré le traité de Rome,  l'Irlande vient d'enterrer le traité de Lisbonne. Moralité : la vache qu'on engraisse n'est pas obligée d'accepter l'abattoir. La lucidité démocratique des irlandais renvoie nos technocrates bruxellois et nos élus nationaux à leur cher casse-tête libéral.

20h00 Journal télévisé Antenne 2 : Laurent Delahousse ouvre le journal avec un "Coup de frein pour l'Europe, l'Irlande vote "NON". Les bleus jouent leur chance ce soir face aux Hollandais"… 

J. A.i.h.  le 13 Juin 2008

Informations supplémentaires