Luttes locales

Malraux / Michelet : une affaire dans l'affaire

Rappelons les faits : depuis plus de dix ans, les résidents de l'ancienne clinique Michelet paient très cher à M. Mignen, le propriétaire, les chambres qui étaient occupées par les patients quand la clinique fonctionnait... Grâce à leur très longue lutte, les résidents ont obtenu des papiers pour ceux qui n'en avaient pas, et des relogements pour la plupart d'entre eux (il ne reste que 17 familles à reloger, soit un tiers).

Bondy autrement et Alternative Libertaire dont les militants se sont investis dans cette lutte avaient obtenu le cinéma Malraux pour y diffuser deux courts-métrages sur ces années de bataille. Au dernier moment, sur un simple courrier de l'avocat du propriétaire, la communauté d'agglomération d'Est ensemble refuse la projection.

On aurait aimé que la peur de la justice amène les mêmes (courageux) élus à ne pas se compromettre au SEDIF sur la gestion de l'eau. Mais non, M. Cosmes, président PS, et M. Sollier, vice-président "Verts", semblent mieux entendre les propriétaires et leurs avocats que les résidents ou les "simples" habitants.

A nous de parler plus fort donc.

Malgré l'annulation de la séance par Est-Ensemble de la projection, nous étions cinquante à nous être déplacés.

Bondy autrement, Alternative libertaire, la ligue des droits de l'homme, le DAL,  des résidents de Michelet et de nombreuses personnes étaient présentes.

Plusieurs personnes sont intervenues sur la situation à la clinique.

Nous nous sommes donné rendez-vous pour la projection des courts-métrages que bien sûr nous ne renonçons pas à faire, et au cinéma Malraux.


Ci-dessous le message de la Ligue des Droits de l'Homme :





A Monsieur Gérard COSME
Président de la Communauté d’agglomération Est Ensemble

100 avenue Gaston Roussel
93 232 Romainville Cedex

 



Monsieur le Président


Nous apprenons avec stupéfaction l'annulation de la projection prévue ce soir au cinéma André Malraux de Bondy, où était programmée une réunion-débat autour de deux documentaires sur la lutte des familles ayant occupé les locaux de l'ancienne clinique Michelet.

Il aura donc, apparemment, suffi qu'un des protagonistes de cette affaire exerce une pression sur la communauté d'agglomération pour que l'autorisation donnée en août soit retirée en octobre, à la veille de la projection annoncée largement au niveau local.

Cette décision, prise sans aucune obligation de nature judiciaire et sur la simple volonté d'intimidation d'un propriétaire peu recommandable, constitue à nos yeux une grave entrave à la liberté d'expression. Elle n'est pas de nature à favoriser le débat public et la réflexion sur la situation actuelle de mal-logement et l'exploitation de la misère humaine par certains "marchands de sommeil".

Nous vous demandons de bien vouloir faire en sorte que cette projection puisse avoir lieu et le libre débat s'instaurer sur cette longue mobilisation que la Ligue des Droits de l'Homme et le Réseau Education Sans Frontières ont soutenue.


Pour la section locale Bondy-Noisy-Rosny-Bobigny
et la Fédération LDH de Seine-Saint-Denis,

Le secrétaire fédéral,

Jean Michel DELARBRE

Informations supplémentaires