Luttes locales

#BalanceTaRequisition ! Marche dimanche 14 janvier

 

#BalanceTaRequisition  !

Marche dimanche 14 janvier

15h RV Square Marie Curie Paris 13e

17 Bd de l’Hôpital - M° Gare d'Austerlitz

M. MACRON a dit le 31 décembre lors de ses vœux : « je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri »

Il avait dit déjà le 27 juillet 2017 «  je ne veux plus d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus ». Il n’y a jamais eu autant de sans abris.

Encore de belles paroles sous la pression des sans logis et des associations ?

Dès dimanche, nous commencerons à rappeler cet engagement, d’autant plus que s’il en a vraiment la volonté, il y a les moyens de le concrétiser. En effet, il n’y a jamais eu autant de logements et de locaux inoccupés, en France mais aussi à Paris :

  • 2,75 millions de logements sont vacants en France, dont 108 000 à Paris et 360 000 en Ile-de-France (INSEE 2014)
  • 11 millions de m2 appartenant à l’État sont inoccupés, dont 4 millions de m2 de logement (équivalent de 80 000 logements), comme au Val de Grâce
  • Des milliers de chambres d’hôpitaux sont vides conséquence de la réduction drastique des budgets hospitaliers, comme à l’Hôtel-Dieu
  • Et ceci, sans compter les locaux et logements appartenant aux collectivités territoriales, aux entreprises publiques ou aux grandes sociétés, ou aux millionnaires de plus en plus nombreux …

Les DAL avec des sans logis, organisent une marche, dimanche prochain, qui partira sous les fenêtres d’un immeuble d’habitation entièrement vacant, se rendra ensuite devant des édifices vacants, ou partiellement vacants, qui en attente de travaux, peuvent accueillir immédiatement des sans abris.

La marche se terminera à l’Hôtel-Dieu, hôpital en cours de fermeture, qui dispose de centaines de place disponibles.

Pour demander :

Le respect du droit à l’hébergement inconditionnel

La réquisition ou la mobilisation des biens publics, ou appartenant à de grands propriétaires

Le retrait de la circulaire Colomb, qui autorise la police à rentrer dans les foyers

L’arrêt des politiques répressives contre les sans abris et les migrants

 Un toit c’est un droit !

Réquisition des locaux et logements vacants tout de suite !

La publicité va jusqu’à faire le trottoir... par Mutio

Progression du nombre de logements vides : + 40 % en 10 ans

 

Le nombre de logements vides ne cesse d’augmenter en France avec une progression de 40 % depuis 2006. Un constat déconcertant et des chiffres qui donnent le tournis : un peu plus 2,6 millions de logements sont vacants dans tout l’hexagone, soit environ 40 % de plus qu’il y a dix ans. Aucune grande ville de France n’échappe au phénomène. Selon diverses estimations via l’Insee, la capitale compterait entre 80 000 et 120 000 logements vacants !

Leurs propriétaires seraient réticents à les louer ; par peur des impayés ou par crainte des démarches administratives. La ville de Nice compterait près de 29 000 logements vacants, Perpignan 8 700. Il y en a 7 200 à Avignon et 4 300 à Vichy. À Carcassonne, plus de 3 700 maisons ou appartements sont vides. Selon certains spécialistes immobiliers, ces logements vides symbolisent "l’échec des programmes de défiscalisations" lancés il y a quelques années. Des programmes dont l’objectif principal était la relance de nouvelles constructions permettant aux investisseurs de réduire leur impôt sur le revenu.

Dans certaines communes de nombreux logements ne correspondent pas aux attentes. Les propriétaires ayant acheté sur plan dans des villes où il n’y avait pas forcément besoin de logements neufs. Ou alors de nombreux petits logements (T1, studios) sont disponibles à la location mais la demande principale sont des logements familiaux. D’autres propriétaires préfèrent louer leur logement uniquement pendant les périodes estivales avec paiement à l’avance et des montants pouvant aller jusqu’à 1 500 euros la semaine. S’ajoute à cela le nombre croissant de bureaux vides : près de 60 millions de m² inoccupés soit environ 3,3 millions de locaux vacants. Malgré ces chiffres, les investisseurs institutionnels "demeurent peu enclins" à transformer des bureaux en logements, car ils peinent à boucler des montages financiers rémunérateurs, et aussi "du fait de contraintes fiscales et juridiques propres au secteur résidentiel".

Enfin et en parallèle à tous ces chiffres, c’est le nombre de mals-logés et de SDF qui n’a également cessé d’augmenter : 3,8 millions de mal-logés et près de 150 000 SDF (chiffres 2015). Un bilan catastrophique pour la "5ème puissance mondiale" suscitant la colère et l’indignation des premiers concernés, des associations et de l’ensemble des citoyens sensibles à cet attrait de la société.

lesrepliques.com

Jeudi 14 décembre à 20h30 : débat logement par la LDH

ARRÊT DES EXPULSIONS ! RELOGEMENT !

Paris le 25 octobre 2016



En France comme en Europe : ARRÊT DES EXPULSIONS ! RELOGEMENT !


À Paris : RASSEMBLEMENT PLACE VENDÔME, devant le ministère de la Justice
Mercredi 26 octobre, à partir de 14h30
Avec des familles expulsées illégalement,
Ou expulsées et laissées à la rue



Qu’elles soient illégales ou dans les cadres légaux, les expulsions sans relogement se sont intensifiées à l’approche de la trêve hivernale des expulsions…

Certaines sont donc illégales, en l’absence d’une décision de justice, conduite par le bailleur en toute impunité, et devrait donner lieu à la réintégration et à des poursuites en vertu de l’article 226-4-2 du code Pénal qui depuis 2014 sanctionne à 3 mois de prison et 30 000 euros d’amendes, les auteurs d’expulsions illicites … Sauf que depuis plus de 2 ans, cette mesure est ignorée de la police, qui dans la plupart des cas refuse d’enregistrer la plainte, et inactivée par les parquets qui attendent une circulaire du ministère pour la faire appliquer.

Nombreuses sont aussi les expulsions qui sont exécutées avec le concours de la force publique et qui se multiplient à l’approche de la trêve hivernale, sous la pression des bailleurs et des huissiers, tandis que les dispositifs d’hébergement sont saturés : l’expulsion aujourd’hui dans la plupart des cas, c’est la rue où l’on meurt à petit feu.

Cette violence sociale s’est encore renforcée ces dernières années, en témoigne la hausse constante des expulsions forcées en France, dont un  quart sont exécutées en Seine St Denis et à Paris.

C’est pourquoi, rassemblés devant le ministère de la Justice, nous demandons un RV au Ministre de la justice afin :
– Que la circulaire d’application du délit d’expulsion illicite soit publiée
– Qu’il soit mis fin aux expulsions sans relogement
– Que le projet de “loi Egalité et  Citoyenneté” institue une obligation de relogement préalable à toute expulsion d’un ménage modeste, à commencer par les prioritaires DALO

DAL dénonce également :
– Les procédure expéditives et illégales menées contre les occupants des terres et des maisons de la ZAD de Notre Dame des Landes, et l’absence de procédure contradictoire, en violation du droit à la défense;
– Avec les associations et collectifs de solidarité, le démantèlement  forcé  du camp de réfugiés à Calais.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne menée par la
“Coalition européenne d’action  pour le droit au logement et à la Ville”,
Site: https://housingnotprofit.org/en – Facebook : https://www.facebook.com/europeancoalition

Informations supplémentaires