Luttes locales

Progression du nombre de logements vides : + 40 % en 10 ans

 

Le nombre de logements vides ne cesse d’augmenter en France avec une progression de 40 % depuis 2006. Un constat déconcertant et des chiffres qui donnent le tournis : un peu plus 2,6 millions de logements sont vacants dans tout l’hexagone, soit environ 40 % de plus qu’il y a dix ans. Aucune grande ville de France n’échappe au phénomène. Selon diverses estimations via l’Insee, la capitale compterait entre 80 000 et 120 000 logements vacants !

Leurs propriétaires seraient réticents à les louer ; par peur des impayés ou par crainte des démarches administratives. La ville de Nice compterait près de 29 000 logements vacants, Perpignan 8 700. Il y en a 7 200 à Avignon et 4 300 à Vichy. À Carcassonne, plus de 3 700 maisons ou appartements sont vides. Selon certains spécialistes immobiliers, ces logements vides symbolisent "l’échec des programmes de défiscalisations" lancés il y a quelques années. Des programmes dont l’objectif principal était la relance de nouvelles constructions permettant aux investisseurs de réduire leur impôt sur le revenu.

Dans certaines communes de nombreux logements ne correspondent pas aux attentes. Les propriétaires ayant acheté sur plan dans des villes où il n’y avait pas forcément besoin de logements neufs. Ou alors de nombreux petits logements (T1, studios) sont disponibles à la location mais la demande principale sont des logements familiaux. D’autres propriétaires préfèrent louer leur logement uniquement pendant les périodes estivales avec paiement à l’avance et des montants pouvant aller jusqu’à 1 500 euros la semaine. S’ajoute à cela le nombre croissant de bureaux vides : près de 60 millions de m² inoccupés soit environ 3,3 millions de locaux vacants. Malgré ces chiffres, les investisseurs institutionnels "demeurent peu enclins" à transformer des bureaux en logements, car ils peinent à boucler des montages financiers rémunérateurs, et aussi "du fait de contraintes fiscales et juridiques propres au secteur résidentiel".

Enfin et en parallèle à tous ces chiffres, c’est le nombre de mals-logés et de SDF qui n’a également cessé d’augmenter : 3,8 millions de mal-logés et près de 150 000 SDF (chiffres 2015). Un bilan catastrophique pour la "5ème puissance mondiale" suscitant la colère et l’indignation des premiers concernés, des associations et de l’ensemble des citoyens sensibles à cet attrait de la société.

lesrepliques.com

Informations supplémentaires