Médias

Rugy, Bennhamias, Pinel : mais que font-ils là ?



Par Daniel Shneidermann, du site Arrêts sur image

Mais qu'est-ce qu'ils font là ? Si vous êtes déjà tombé sur un des deux débats de la primaire de la gau...enfin, la primaire d'en ce moment, celle de janvier, celle de la vague de froid (comme notre chroniqueur Sherlock (1), je ne sais pas comment nommer le machin) vous vous êtes sûrement demandés ce que font là les figurants, Bennhamias, Rugy, et Pinel. S'agissant du quatuor PS, la chose n'est déjà pas parfaitement claire. Mais les autres ? Bennhamias, qui ne connait pas son propre programme ? Rugy, dont personne ne sait au juste qui il représente ? Pinel, terrorisée à chaque fois qu'elle prend la parole ? Que font-ils là ? Qui les a obligés ? Quel moyen de rétorsion a-t-on déployé ? Je le demandais l'autre soir à Gérard Filoche (2). Mais tout le monde est resté sur sa faim.

Heureusement, il reste tout de même quelques curieux dans la profession, pour poser les questions naïves. Un confrère et ami d'une grande rédaction (si si, j'en ai quelques uns), à qui je m'en ouvrais hier autour d'un chocolat chaud, me tint le discours suivant. "Ça m'intriguait aussi, alors j'ai demandé ce qu'ils faisaient là. C'est simple. A l'époque où Hollande comptait se présenter, il ne voulait pas être seul contre tous. A Montebourg et Hamon qui allaient le cartonner, on a donc ajouté Rugy et Bennhamias, qui diraient du bien du bilan de son quinquennat, et Pinel, parce qu'en plus, c'est une femme. Hollande forfait, il a bien fallu les garder".

Voilà qui est dit. Je ne sais pas si cette explication est la seule, mais tout colle. Ce que voient ceux qui regardent ces émissions, c'est un spectacle fake. Une mise en scène construite autour de l'acteur vedette, mais sans l'acteur vedette. Si cette explication est exacte, il est vraisemblable que tous les participants sont au courant. Valls, Peillon, Montebourg et Hamon savent. Mais aussi Martichoux, Bouleau, Croissandeau, Elkrief, Ferrari, Neumann : ils savent aussi. Et pourtant ils jouent le jeu. Ils font comme si. Ils font comme si les fake programmes des fake candidats étaient de vrais programmes. Ils ont fait l'effort de les lire, de les imprimer, de changer la ramette de l'imprimante, de surligner au stabilo, de prendre des notes, de chercher les contradictions, Quand ils se font rembarrer par un des candidats, ils s'abstiennent de répliquer : "écoutez, je fais déjà l'effort de vous prendre au sérieux, et de jouer le jeu, ne me compliquez pas la tâche". A ce stade, ça confine à l'héroïsme.

 

Informations supplémentaires