Qui sommes-nous ?

« La coupure entre élus et électeurs tient pour une part à l'américanisation de la vie politique française : les principaux partis ne sont plus que des machines électorales, des cartels de notables locaux sans autre sève militante qu'une population vieillissante. On conçoit que les nouveaux adhérents ne se bousculent pas au portillon, puisque les instruments d'une autre politique semblent avoir été remisés pour l'éternité. »

Serge Halimi, janvier 2014

 

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des habitants de Bondy, décidés à s’investir pour notre ville sans autre ambition de carrière politique. Avec 9,1% en 2008 nos deux élus Vincent Duguet et Hakim Kadri dénoncent à chaque conseil municipal le système monarchique instauré depuis des décennies à Bondy.

Bondy autrement est totalement indépendant puisque nos ressources ne proviennent que des cotisations de nos adhérents et des dons de sympathisants.

Nous sommes des anciens du PC et des Verts de Bondy, des syndicalistes, des militants pour le droit au logement, les sans-papiers ou le retour à une gestion publique de l’eau.

Nous ne sommes liés à aucun parti politique ce qui ne nous empêche pas de « faire de la politique », bien au contraire !

 

En quoi croyons-nous ?

Nous croyons que la politique peut et doit être un investissement désintéressé au service des autres.

Nous croyons en une véritable politique de gauche qui protège les plus faibles et retrouve l’intérêt économique des services publics.

Nous croyons en la nécessité de contre-pouvoirs pour contrôler l’action d’un maire qui dispose de prérogatives considérables.

Nous croyons que des citoyens objectivement informés et réellement consultés sont capables de définir les meilleures solutions pour leur ville.

 

Que refusons-nous ?

L’opacité, l’iniquité, le simulacre de démocratie participative, la soumission des élu-es de la majorité municipale au maire qui, le plus souvent, décide seul.

Les indemnités forfaitaires qui rendent les élus prisonniers du maire.

Les méthodes pour museler toute opposition : campagnes anonymes de calomnies, menaces, procès en diffamation, accusations qui ont conduit un élu trop virulent 53 heures en garde à vue.

Des décisions prises par le maire et les techniciens de la ville sans consultation des citoyens en amont.

Le réflexe du « tous pourris » et l’abstention qui confortent ce système.

 

Qu’avons-nous fait en six ans ?

Les élus disposent des moyens légaux de contrôler la gestion de la ville. Contrairement à l’UMP nous nous en servons : notre vigilance et notre détermination nous ont notamment permis de faire annuler par la justice l’ajout d’un 17ème maire-adjoint ce qui revenait à détourner en toute illégalité 79 670 € du budget communal financé par vos impôts locaux. Nous avons gagné jusqu’en conseil d’Etat sans avocat et sans les moyens des grands partis politiques.

Nous avons notamment dénoncé : l’expulsion des Roms du pont de Bondy, la vidéosurveillance coûteuse mais pas reliée, Blanqui enclavée par des sens interdits au motif absurde de « lutter contre les trafics », les conflits d’intérêts d’un maire adjoint, le hold-up de la gestion de l’eau par Est Ensemble.

 

Que voulons-nous ? Rendre la ville à ses habitants

Les Bondynois sont compétents. On le voit quand le conseil de quartier du Mainguy fonctionne, ou qu'une association citoyenne fait reculer Est ensemble au tribunal sur la gestion de l'eau. Nous-mêmes avons préparé en public les conseils municipaux des six années passées, et cela a toujours été très profitable. Autre exemple : si la mairie avait tenu compte de l'avis des habitants sur le Plan Local d'Urbanisme, on ne connaîtrait pas aujourd'hui la spéculation immobilière dans le quartier de la gare.

C'est pourquoi nous ferons un budget participatif avec les habitants.

 

Nos 6 propositions clés :

  1. Budget participatif élaboré avec les habitants

  2. Reprise des services en gestion publique, en particulier pour la gestion de l'eau, le nettoyage et le gardiennage

  3. Suppression des indemnités forfaitaires pour les élus et remboursement des frais réels.

  4. Cantine scolaire gratuite

  5. Embauches municipales décidées par une commission plurielle

  6. Attribution des logements sur critères objectifs avec anonymisation des dossiers

 

La démocratie ne consiste pas seulement à voter une fois tous les six ans, il faut rester actifs et informés le reste du temps.

Informations supplémentaires