Xavier Blot

  • Imprimer
La diversité, un réel élan collectif et le souci constant de faire participer les Bondynois.

Comme dans la pièce de Bertolt Brecht - ô combien d’actualité ! - l’ascension de Nicolas Sarkozy était et reste résistible.*

Sa feuille de route est claire, dictée par le MEDEF : « défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance » (Denis Kessler le 14/10/07).

Il l’assume ouvertement, cyniquement tout en affichant ostensiblement ses amitiés avec le gotha des grands patrons et sa ridicule jet-set attitude.

Comment le PS réussit-il à ne pas profiter d’un tel programme réactionnaire, de telles provocations antisociales ? Cela relève de l’exploit. Continuer à voter PS par défaut n’est pas rendre service à la gauche. Bien au contraire.

UMP : droite décomplexée ; PS : droite complexée !

Certains se résignent en invoquant la légitimité de l’élection présidentielle. C’est oublier que la démocratie ne se réduit pas aux seuls jours de scrutin. C’est un système permanent et complexe d’équilibre de pouvoirs et d’appropriation quotidienne par les citoyens. Et il suffit de lister les propriétaires des médias, ce quatrième pouvoir, pour jeter un sérieux doute sur la légitimité de cette élection.

J’ai quitté les Verts coupables de s’aligner sur les positions néolibérales du PS.

La construction européenne est le plus flagrant révélateur de leur double discours.

Regrettant le « déficit démocratique » (sic) de l’Europe, ils ne s’opposeront pourtant pas à la ratification parlementaire qui efface le verdict du peuple souverain du 29 mai 2005.

Les Verts savent pourtant que les catastrophes écologiques à venir impliquent un changement radical de modèle économique et social. Nous sommes au début de la fin de la civilisation énergétique. Mais tous les partis de pouvoir prônent aveuglément des mesures pour « relancer, doper la croissance ».

J’ai participé à l’aventure des collectifs antilibéraux unitaires, espoir brisé par les réflexes archaïques des partis. Il y régnait pourtant un bouillonnement politique, un mélange social et culturel prometteur.

Ingénieur BTP, militant syndical, j’ai rejoint la liste de Vincent car j’y retrouve la même diversité, un réel élan collectif et le souci constant de faire participer les Bondynois.

*Dans La résistible ascension d’Arturo Ui, Brecht illustre comment une classe politique corrompue et lâche favorise l’accession au pouvoir d’un gangster de la pègre.