Santé

Lits d'aval fermés à Verdier, pourquoi ?

Lits d'aval fermés à Verdier, pourquoi ?

Quand on lit l'article suivant on se demande vraiment pourquoi des lits d'aval sont fermés à Verdier,

Urgences : comment améliorer la prise en charge

Plus d’un million de personnes passent chaque année par les urgences de l’AP-HP. Ces services constituent une pièce maîtresse de l’activité hospitalière et se situent donc, très logiquement, au cœur des réflexions du futur du plan stratégique 2010 – 2014.


Depuis cinq ans, le nombre de patients qui se présentent dans les 20 sites d’accueil des urgences adultes et pédiatriques de l’AP-HP, augmente de façon régulière : environ 2 à 3% par an pour les adultes et 1 à 2% pour les urgences pédiatriques. Aussi ce secteur a-t-il bénéficié, ces dernières années, d’un important effort d’amélioration. Depuis 2004, dix services d’accueil des urgences ont été entièrement rénovés. En 2009, ont ainsi été livrés les nouveaux services d’urgence de Bichat, de Jean Verdier pour la pédiatrie (Seine-Saint-Denis) et de Saint-Antoine, ainsi que les urgences pédiatriques de Bicêtre. Un effort important a également été réalisé pour adapter la capacité d’accueil de ces services durant les périodes d’épidémies hivernales ou lors des vacances scolaires

Besoins en « lits d’aval »

Les urgences restent néanmoins confrontées à un certain nombre de difficultés qui tiennent non seulement à la variabilité de l’activité mais aussi à la capacité de trouver des lits d’aval disponibles dans les services de spécialités vers lesquels orienter les patients qui nécessitent une hospitalisation après leur passage aux urgences. Faute de places, certains d’entre eux peuvent être amenés à séjourner plus que de besoin dans les lits d’urgence. Cette situation peut contribuer à son tour à engorger le service, qui doit néanmoins pouvoir accueillir les nouvelles arrivées... Parmi celles-ci de nombreuses personnes de plus de 75 ans qui nécessitent pour 56 % d’entre eux une hospitalisation après leur passage aux urgences (contre 11 % pour les enfants et 17 % pour les adultes).

Vers la création de départements d’aval

Dans le cadre du futur plan stratégique 2010-2014, l’évolution de cette prise en charge devrait conduire à une organisation innovante : la création de "départements d’aval des urgences". Chacun des douze groupes hospitaliers de l’AP-HP serait ainsi doté d’une telle structure. Les bénéfices de cette organisation semblent être multiples : elle permet de mieux différencier l’activité programmée et l’activité non programmée et ainsi, d’optimiser l’utilisation des plateaux techniques et de disposer de davantage de temps médical et soignant pour poser le diagnostic et, améliorer la prise en charge au-delà des lits d’urgence proprement dits... Il ne s’agirait donc pas de créer un nouveau "sas" entre les urgences et les lits d’hospitalisation, mais bien de mettre sur pied une organisation spécifique, entièrement dédiée aux activités non programmées, avec une organisation coordonnée des circuits de prise en charge (services médico-techniques et filières de soins).

Informations supplémentaires