Un autre monde

Pour la paix

 

Par Raoul Marc Jennar

Nous sommes gouvernés par des irresponsables ou par des lâches, souvent par les deux. S’il en était autrement, les peuples n’auraient pas subi les deux guerres mondiales. Car la guerre n’est pas une fatalité, même s’il est des facteurs et des acteurs qui y poussent.

Depuis trois ans, nous commémorons la guerre 1914-1918. Nous commémorons, mécaniquement, car la compassion est devenue un comportement de circonstance. Nous commémorons sans conséquence. Où sont les colloques, les livres, les débats qui devraient interroger les causes de cette horrible boucherie qui en a engendré une seconde plus terrible encore ? Où sont les analyses des fautes politiques commises par les différents gouvernements ? Je suis consterné par l’aisance avec laquelle on utilise le mot « guerre ». Certes, le vocabulaire guerrier dont s’empare les politiciens sert bien souvent à tenter de faire croire qu’ils sont des hommes d’ordre et d’autorité. On a vu ainsi un candidat à l’élection primaire du Parti Socialiste soucieux d’entretenir son image de chef, affirmer sans rire que Trump avait « déclaré la guerre à l’Europe ». Et pourquoi pas, tant qu’on y est, endosser les habits de Churchill et annoncer du sang et des larmes ?

Il est des mots qu’on ne devrait utiliser qu’avec parcimonie et celui qui désigne la pire des calamités, la guerre, est de ceux-là. Même le terrorisme qui provoque tant de souffrances n’est en rien comparable à ce qu’est vraiment la guerre telle qu’on la connue dans ses dimensions mondiales ou telle qu’elle frappa le Vietnam et frappe encore le Moyen Orient. Et on a bien vu les conséquences catastrophiques des conflits provoqués par les apprentis sorciers qui ont plongé l’Afghanistan, l’Irak, la Libye dans le chaos causant des centaines de milliers de victimes. N’est-il pas inquiétant d’avoir vu croître la cote de popularité du chef de l’État chaque fois qu’il s’est érigé en « chef de guerre » ? L’outrance des propos n’est que l’art des bouffons et des pitres. Mais ne sont-ce pas des bouffons et des pitres, fort dangereux par ailleurs, qui ont provoqué les pires des calamités ? De sinistres bouffons comme Guillaume II, Hitler, Saddam Hussein, Kadhafi. Mais, en face d’eux, de dangereux pitres comme Asquith et Viviani, Chamberlain et Paul Reynaud, G.W. Bush et Sarkozy.

L’usage d’un vocabulaire belliciste peut conduire à des comportements qui en découlent. La paix est redevenue un vrai sujet de préoccupation.

jennar.fr

Informations supplémentaires