Une autre gauche

« There Is No Alternative » au capitalisme ! 200 exemples prouvent le contraire dans un livre

 

« Il n’y a pas d’alternative » au système actuel. Plus que jamais, les citoyens sont accoutumés à ce slogan attribué à la vision très à droite de Margaret Thatcher et qui signifiait que le marché, le capitalisme et la mondialisation sont des phénomènes inévitables, le tout, défendant une politique libérale agressive et décomplexée. Avec son livre « Il faut tuer TINA », Olivier Bonfond répond à cette doctrine et démontre non seulement que des alternatives sont possibles, mais qu’en plus elles existent déjà ! Fort de 200 exemples, l’ouvrage s’inscrit ainsi dans un mouvement résolument positif et permet de mettre en lumière les initiatives citoyennes porteuses de sens ainsi que les solutions trop souvent marginalisées.

 

Pour Olivier Bonfond, il faut s’attaquer collectivement au marasme ambiant et à la croyance tenace selon laquelle « There Is No Alternative » comme le martelait Thatcher pour défendre sa politique conservatrice dans les années 80. Son livre est le fruit d’un travail de recherche important : « Il n’a pas été facile à écrire. Je l’ai commencé il y a environ sept ans. Je l’ai écrit petit à petit, modifié, laissé mûrir, modifié à nouveau » explique son auteur. À présent, Olivier Bonfond entend apporter sa pierre à l’édifice pour empêcher le fatalisme de prospérer. Oui, il y a bien une alternative au capitalisme industriel et mondialisé. Mais pour se faire, il faut « tuer TINA » dans l’esprit et les actes.

Un autre monde est possible

Depuis plus de 30 ans, un courant de pensée économique et politique fort et influent défend l’idée qu’il n’y aurait pas d’alternative à l’économie libérale de marché. Écoles, institutions, universités, gouvernement (même de gauche) cette pensée s’est enracinée dans les mentalités si bien qu’il est difficile d’aborder de nouvelles visions politiques. Soutenant la position que ce modèle de société est le seul qui puisse apporter la prospérité et la richesse à l’ensemble de la population mondiale, les défendeurs de cette idéologie balaient souvent d’un simple revers de la main les principaux arguments et critiques qui leur sont opposés. Pour les contradicteurs, l’impression que le débat est tué dans l’œuf est légitime. Surtout que la discussion est régulièrement sabordée par le biais d’une approche morale ou fataliste : celui qui s’oppose au libéralisme s’opposerait par définition au confort moderne, à la liberté, au progrès. « La crise écologique ? Elle ne peut être résolue que par davantage de capitalisme ! » Bref, circulez, il n’y a rien à voir. TINA !

Ce n’est donc pas pour rien qu’Olivier Bonfond s’est inspiré, pour le titre de son livre, de la célèbre expression « There is no alternative » de Margaret Thatcher. Ce slogan emblématique servait à la Première ministre britannique (1979 à 1980) pour exprimer sa conviction qu’aucun autre modèle que celui de l’économie libérale n’était possible, tout en défendant les privatisations et le retrait de l’État au profit des grandes entreprises : l’économie de marché, le capitalisme et la mondialisation seraient non seulement une nécessité mais aussi une fatalité. « Cette expression est tout sauf vraie. Des alternatives au capitalisme et à la pensée unique néolibérale existent. Elles sont construites par des femmes et des hommes qui, partout dans le monde, se dressent contre l’injustice, les inégalités, l’oppression. Beaucoup de ces alternatives sont simples, cohérentes et, avec un peu de volonté politique, pourraient être mises en œuvre dès aujourd’hui », nuance Olivier Bonfond.

Un livre en hommage aux volontés citoyennes

Économiste et conseiller au CEPAG (Centre d’Éducation populaire André Genot), l’auteur du livre est un militant altermondialiste, membre du CADTM (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes), de la plateforme d’audit citoyen de la dette en Belgique (ACiDe) et de la Commission pour la Vérité sur la dette publique grecque. Il est également l’auteur du livre Et si on arrêtait de payer ? 10 questions/réponses sur la dette publique belge et les alternatives à l’austérité (Aden, 2012). Enfin, il est coordinateur du site bonnes-nouvelles.be. C’est donc l’expérience d’une vie militante qu’il met à profit dans Il faut tuer TINA.

Son livre part du constat que le monde d’aujourd’hui est essoufflé et que le libéralisme économique n’a pas porté ses promesses. Sa critique s’appuie sur des alternatives réalisées et offre donc des solutions concrètes par l’exemple. « Face à la montée du racisme, des idées xénophobes, du repli sur soi, je pense qu’il est fondamental de montrer que des alternatives crédibles à la mondialisation capitaliste existent, qu’il est possible de sortir de la crise non pas par le bas, en construisant des murs ou en s’attaquant à nos conquêtes sociales et démocratiques, mais bien par le haut, c’est-à-dire, en construisant de la justice sociale, en réduisant les inégalités, en redistribuant les richesses, et en arrêtant de détruire la planète ».

Le livre se veut accessible, pratique, concret et rigoureux. Il présente les alternatives crédibles au modèle actuel de la mondialisation dans les domaines économique, agricole, financier, démocratique et éducatif. L’auteur a voulu que « cet ouvrage s’adresse (…) à toutes celles et ceux qui sont indignés par les injustices et les absurdités de ce monde. À celles et ceux qui veulent construire un autre modèle, fondé sur la satisfaction des Droits humains fondamentaux, le respect de l’environnement et la construction d’une véritable démocratie ». Les lecteurs y trouveront probablement la touche d’optimisme nécessaire, à l’heure où les mauvaises nouvelles font la une.

Sources : ilfauttuertina.net / adtm.org
mrmondialisation.org

Informations supplémentaires