Une autre gauche

Macron-Thomassin : match nul

Après le discours pourri de Macron sur la banlieue, sujet qui l'intéresse visiblement moins que la santé des marchés financiers, les Bondynois ont eu l'occasion de voir et entendre leur maire, qui leur donne moins facilement rendez-vous qu'aux journalistes.

Voilà ce qu'elle déclare : « J’ai quitté la salle […] quand il a prononcé pour la 3e fois le mot "clientélisme" », a expliqué Sylvine Thomassin. « Je me suis sentie insultée », a-t-elle justifié.

Alors là, une question se pose : pourquoi s'est-elle sentie visée ? Hein ? Vraiment il n'y a pas de quoi !  Très drôle.

Et sinon, cette sortie, avouons que c'est du grand théâtre, elle qui faisait penser un de ses élus à Lady McBeth.

Selon elle, même s’ils le voulaient, les maires de banlieue ne pourraient pas faire de clientélisme : « On n’a ni logement, ni emploi à distribuer ».

AH ! Ce sens de l'humour, c'est la marque des grands esprits !

Certaines personnes croyaient qu'elle était patronne de la mairie et présidente de Bondy Habitat. Des mauvais esprits chagrins, qu'elle les appelle.

La banlieue et ses habitants sont donc doublement victimes : de leur situation et de ceux qui veulent prospérer dessus.

Rien ne changera tant qu'on n'aura pas repris nos affaires en main, et notre ville.

Informations supplémentaires