Urbanisme

A Bondy en vélo

A Bondy en vélo

Nous avions réservé le premier épisode pour le journal papier. Le voici sur le site internet !

Pour circuler à Bondy en vélo, il existe grosso modo deux solutions : soit on roule sur la chaussée voitures, parfois à ses risques et périls à cause de l'étroitesse des rues1 et des conduites imprudentes, soit on s'arme d'un beau sourire pour les piétons, afin de s'excuser d'emprunter les trottoirs – j'opte personnellement pour la deuxième solution puisque la première double mon temps de parcours - sens uniques obligent.

Les quelques pistes cyclables du centre ville ne constituant pas vraiment un "réseau", la circulation à vélo reste dangereuse2. De plus, il existe peu de parkings ; il n'est donc pas étonnant de constater que le vélo est sous-représenté dans la ville.

Aussi, quelle fut ma joie de découvrir la belle piste cyclable flambant neuve de l'avenue Carnot. Enfin (!) le deux-roues non polluant était reconnu, intégré, respecté. Sauf que... - cette piste est tellement large que les bus et camions doivent s'y prendre à 2 fois pour y tourner. À l'angle de la rue Vaillant, la raison en est simple : le panneau annonçant la piste cyclable empêche le passage d'un rétroviseur de bus... - cette piste est tellement large que j'ai honte de l'occuper à moi toute seule. Si bien que les piétons y empiètent - et n'ont pas tort car, bien plus nombreux que les cyclistes, ils se retrouvent serrés sur le trottoir - je bifurque donc et emprunte la piste à contresens afin de ne pas les en déloger. - je bifurque également lorsque la voiture d'un riverain est garée en travers de la piste, dans ce cas j'emprunte la chaussée qui elle, est tellement rétrécie qu'elle ne permet pas le doublement d'un vélo par un bus, et chacun sait qu'ils sont nombreux sur cet axe. - j'arrive de la gare au croisement de la rue Vaillant et je m'arrête en bord de piste, descendant de selle pour que mon vélo en fasse autant du trottoir de 12 cm. Mais comme j'ai sagement attendu que le feu passe au vert, les automobilistes tournant à droite ne me permettent pas de tourner en toute quiétude à gauche. Donc je quitte la piste cyclable 10 mètres auparavant, lors du dernier bateau, et me range à gauche afin d'être prête à tourner. Les automobilistes se demandent alors pourquoi je ne suis pas sur la piste à côté... - a contrario, lorsque j'arrive de la rue Vaillant, afin de « monter » sur la piste, je descends de nouveau de selle pour soulever mon vélo (ça muscle les bras). S'il n'y a aucun véhicule sur l'avenue, je la prends à contresens sur les 10 mètres qui me séparent du premier bateau (le même que précédemment) et ouf, me voilà sur la piste.

Mais Monsieur le Maire assure que des « plateaux » vont être installés en bordure pour permettre le passage des fauteuils roulants et des poussettes. J''espère que ces « plateaux » couvriront également la largeur de la piste cyclable.

Gageons quand même que les cyclistes, peu populaires dans ce pays (hormis au mois de juillet), ne vont pas s'attirer des sympathies.

Vous n'avez pas tout suivi ? Ce n'est pas grave, la conclusion étant : faire du vélo à Bondy, c'est sportif !

1Pour emprunter l'avenue Henri Barbusse à vélo, il faut être très courageux ou inconscient. 2Par exemple : le rond-point Polissard-Guesde-Salengro, le tronçon sud du cours de la république, dont la piste cyclable est constamment encombrée par des voitures en stationnement, les pistes de la rue Fremin ou de l'avenue Pasteur qui débouchent chacune sur la N3.

Informations supplémentaires