Urbanisme

Quartier de la gare : spéculand ?

« Quartier de la gare » : spéculationland ?


Les habitants voient actuellement le Plan Local d'Urbanisme entrer en action concrètement dans le "quartier de la gare" (au sens large), les promoteurs s'y imposent progressivement et font exploser les prix de l'immobilier, transformant toute vente en projet spéculatif...


Chaque pavillon vendu est acheté pour que s'y monte un immeuble privé, qui peut rapporter dix fois plus que le prix du pavillon...


 


Cela amène à une explosion des prix qui empêche les ménages d'acheter ces pavillons en vente.


Et cela ne répond pas au besoin de logements des familles bondynoises alors que des terrains nus pourraient être consacrés à du HLM de très hautes qualités environnementale et architecturale.


Ce constat a amené nos conseillers municipaux à intervenir au conseil municipal du 27 juin pour demander le gel des constructions et la relance d'un débat sur le PLU.


Rappelons que Bondy autrement avait voté CONTRE ce Plan Local d'Urbanisme


Pour autant, les « ateliers urbains » avaient réfléchi et fait des propositions. Ils n'ont pas été écoutés.

Si la mairie agit sans les habitants, et parfois contre eux, ce n'est pas faute de propositions alternatives. Ci-dessous, voici les nôtres.


Faisons la ville ensemble : développons l’égalité entre les quartiers

Nous mettrons en débat la possibilité pour la ville ou Bondy-Habitat de préempter des locaux afin d’y réimplanter des commerces nécessaires.

Nous dégageons quatre priorités sur l’urbanisme :

1)    Donner un habitat digne aux Bondynois : variété des offres en terme de tailles, par exemple des logements étudiants, pour célibataire, ou des logements plus grands que la moyenne. Le manque essentiel concerne le logement social qui manque à la grande majorité, et qui pèse sur l’explosion des prix du privé.

2)    Faire la ville ensemble en la décidant tous. Le Plan Local d'Urbanisme a vu toute la réflexion publique déviée et les choix du maire ont été imposés. Le PLU doit être soumis à référendum local.

3)    Faire la ville ensemble en se mixant les uns les autres, et les activités entre elles, pour « faire ville », pas chacun dans son coin, mais avec du lien social. La mixité, c’est aussi implanter les quartiers HLM, qui peuvent être d’une très grande qualité architecturale, très bien entretenus, dans les zones pavillonnaires. La mixité des activités rend un lieu vivant : en journée, la nuit, le week-end, s’il comporte des activités différentes comme des magasins, restaurants, école, cabinet médical, habitat, service public.

4)    Permettre aux quartiers de vivre en redonnant le plaisir de la ville, cela demande un « centre », un lieu de rencontre, de vie, des habitants par quartier, cela peut être une place où il y a une installation municipale, une maison de quartier, avec un jardin public, la terrasse d’un café.

Informations supplémentaires