ICADE bientôt vendu ?

A Bondy, la Cité des fleurs, ou Cité du Stade, anciennement SCIC, appartient à ICADE. Une partie a été vendue, il y a plus de cinq ans. Maintenant ce sont 34.000 logements qui doivent être cédés, notamment au privé, qui pourrait ensuite vendre "à la découpe", chassant les locataires actuels.

Entretien avec Jean-Philippe Gasparotto, cégétiste, secrétaire du comité de groupe CDC, par TONINO SERAFINI. Jean-Philippe Gasparotto est secrétaire (CGT) du comité de groupe Caisse des dépôts (CDC). Il analyse les raisons de la vente des 34 000 logements par Icade, filiale de la CDC.

Pourquoi Icade a décidé de vendre ses 34 000 logements ?

La Caisse des dépôts et consignations, possède 61 % du capital d’Icade. Ces derniers mois la CDC a été énormément sollicitée par l’Etat pour financer les besoins de liquidités des banques, fournir de l’argent aux PME, soutenir les investissements des collectivités locales… Bref la Caisse des dépôts est à sec. Et voilà que le gouvernement lui demande en plus d’apporter 3 milliards d’euros de cash dans le FSI (Fonds stratégique d’investissement) qui doit servir au développement industriel et à la défense des entreprises françaises du CAC 40 menacées d’OPA [prises de contrôle inamicales, ndlr]. Contrainte de trouver de l’argent, la Caisse des dépôts se met à lorgner les actifs de ses filiales.

La valeur des 34 000 logements d’Icade est estimée à 2,9 milliards d’euros par les experts. Combien d’argent reviendra à la Caisse des dépôts ?

Depuis le 1er janvier 2007, Icade est devenue une société d’investissement immobilier cotée (SIIC). En vertu de ce statut, elle est tenue de redistribuer sous forme de dividendes au moins 50 % de la plus-value dégagée lors de la cession d’actifs à ses actionnaires. Ce qui est le cas de la vente des 34 000 logements. Nous estimons au bas mot à 700 millions d’euros la somme revenant à la CDC.

Les syndicats (CGT, CFDT, FO, Unsa) ont pointé un risque de démantèlement d’Icade. Quelles sont vos exigences ?

Nous considérons que l’intérêt public doit continuer à animer le groupe Caisse des dépôts. Nous avons alerté les parlementaires à ce sujet. La vente de ces logements pose aussi la question du devenir d’un millier personnes chargées de leur gestion sur le terrain ou au siège. Nous exigeons qu’une solution de reclassement soit trouvée au sein de la CDC.

Article complet ICI .

Il y a six mois, nous annoncions déjà ce risque, ICI .

Informations supplémentaires