La culture doit éclore dans la ville : elle permet aux habitants de se sentir plus dignes, de développer leurs talents et d’échanger.

Pour cela, il faut libérer l’ingéniosité des participants. La mairie doit favoriser toutes les initiatives au lieu de vouloir les faire entrer dans son projet : les grapheurs sont déjà très actifs, il faut leur ouvrir des espaces nouveaux, les groupes théâtraux doivent pouvoir faire connaître leur travail, tout comme les battles de danse. L’ouverture de la librairie « Les deux Georges » il y a deux ans est un bon exemple de ce qui peut fonctionner si on laisse les intéressé-e-s mener leurs projets.

C'est pourquoi, il faut permettre aux associations d’être autonomes de la mairie, même quand elles sont subventionnées.

C'est aussi pour cela que nous voulons un lieu de programmation indépendant, financé par la ville sans dépendre des choix politiques de la mairie.

Il manque de toute façon une salle polyvalente suffisamment grande pour des spectacles. Ni l’auditorium Tribouilloy ni la ferme Caillard ne peuvent jouer ce rôle, même si la programmation proposée est de qualité et appréciée par le public. L’accès gratuit depuis un an à tous les spectacles organisés par le conservatoire a permis d’augmenter la fréquentation mais cela révèle aussi que l’auditorium est trop petit pour satisfaire les demandes.

La ferme Caillard est petite, n'a pas de piano par exemple, et peu de recul. De même la salle Olympe de Gouges est mal insonorisée, sans gradins et demande beaucoup de manipulations pour la transformer en salle de spectacle.

Le cinéma Malraux géré par Est ensemble a vu sa fréquentation augmenter ces deux dernières années mais ne peut pas faire autant de séances que nécessaire parce qu'il sert de salle polyvalente notamment du fait du conservatoire et de la mairie. Le cinéma pourrait sinon développer sa programmation et proposer plus de séances spéciales et d’événements exceptionnels : ciné-débats, festivals ou avant-première. Ce serait aussi l’occasion de développer sa programmation auprès des scolaires ou de tout autre public, par exemple les centres sociaux, les associations ou le CCAS.

Informations supplémentaires