Le Président de la République a annoncé le début du déconfinement pour le 11 mai. Ce déconfinement devrait se faire en plusieurs étapes dont la réouverture des écoles. Ne soyons pas dupes ! Si les écoles, collèges et lycées reprennent, c’est juste pour que les parents puissent retourner au travail ! Ce n’est pas une mesure sanitaire mais économique !


D’autre part, comment faire appliquer les règles des gestes barrières à des enfants, dans des classes souvent surchargées? Notons par ailleurs le cynisme de l’éducation nationale qui n’hésite pas à annoncer la fermeture de classes dans de nombreux départements ? Qu’en sera-il de la protection des salariés au travail et dans les transports bondés que nous subissons en Île-de-France ? Dans le même mouvement le président de la république annonce que les personnes les plus fragiles devront continuer à être confinées et que les restaurants, les bars, les salles de spectacles… seront maintenues fermés jusqu’à nouvel ordre ! Quelle cohérence ?

Pour la CGT, la priorité est de protéger la population et non de céder aux injonctions du Medef ! Pas de protection, pas de travail !


Notre région est la plus durement touchée et l’épidémie ne s’arrêtera pas le 11 mai au matin. Nous avons bien conscience que le déconfinement ne sera qu’une étape. Nous allons devoir vivre avec ce virus jusqu’à la découverte du traitement et du vaccin. Pour cela, il faut des actes concrets et immédiats !


En premier, la mise à disposition de masques, de gants, ainsi que du matériel de protection en quantité suffisante pour tous les franciliens, le dépistage systématique avec des tests sérologiques.

Nous exigeons toute la clarté sur la situation des hôpitaux, des Ehpad, des établissements médico-sociaux : il ne manque pas que des masques, mais aussi des « surblouses » , des médicaments, des appareils... Toute la chaine de protection et de traitement est à renforcer d’urgence. Toutes les productions doivent aller dans le sens de la protection de la population et de son soutien vital.

Nous exigeons des informations régulières sur l’avancée de la recherche pour les traitements et le vaccin.

Dans cette période, Medef et grands patrons se mettent à rêver de leur jour d’après. Un monde toujours plus injuste : Fin des 35h, travail gratuit, confiscation des RTT et des jours de congés aux profits de l’entreprise, ils vont jusqu’à réclamer de nouveaux cadeaux notamment leur exonération de leur devoir de résultat en terme de prévention et sécurité !

Pour la CGT, après la crise, hors de question de travailler plus : Les dividendes ne doivent pas enrichir les actionnaires, ils doivent être utilisés pour remettre l’économie à flot ! Toutes les énergies doivent être mobilisées pour bâtir un nouveau système social et économique.

N’oublions pas que ce sont les plus mal payés qui nous font tenir ! Nous exigeons l’augmentation du SMIC, l’augmentation des salaires. Le maintien intégral des salaires pour les 1,6 millions de salariés en chômage partiel en Île-de-France (142 000 entreprises). Le maintien du niveau de vie des plus précaires, des étudiants, chômeurs, intermittents, etc…, la suppression pour le mois de mai des loyers et remboursements de crédits immobiliers, des factures d’eau, d’électricité, de gaz. Les aides exceptionnelles aux familles avec enfants et aux étudiants loin de chez eux doivent se faire immédiatement!

La main sur le coeur, le Président de la République a annoncé dans une déclaration solennelle, face à la Nation, l’esquisse de grands changements : Annulation de la dette des pays du tiers monde, garantir notre indépendance financière, rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française. Cela passerait par un plan massif pour notre santé, notre recherche, nos aînés, entre autres, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la prévention, la résilience, qui permettront de faire face aux crises à venir. Chiche ! C’est précisément ce que de nombreuses organisations, dont la CGT, réclament depuis des décennies. Nous saurons faire en sorte que ces paroles ne se perdent pas dans le vent. Nous sommes prêts à les imposer, par la mobilisation, par la lutte !

 

 

Informations supplémentaires