Billet doux / Brice et le Chaperon rouge


 

Hercule Sarkozy nous le promettait : parmi ses douze travaux présidentiels, il passerait le Kärcher sur les cités d’Augias pour les rendre plus présentables.

Trois ans après, que constate-t-on ? Les habitants de Grenoble regardent, horrifiés, leurs voitures s’enflammer sous leurs yeux, comme si on était en Irak ou à Kaboul.

Quant au ministre de l’Intérieur, le cerbère Brice Hortefeux, il a besoin du GIGN (rien que ça !) pour se déplacer en territoire républicain et nous faire son numéro de rouleur d’épaules.

Encore deux ans comme ça, et je crains que le Petit Chaperon rouge ait besoin des renforts de l’armée pour apporter une plaquette de beurre à sa grand-mère.

Bruno TESTA
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations supplémentaires