SI VOUS NE POUVEZ PAS LIRE L'ARTICLE SUIVANT, CLIQUEZ ICI.  

Une autre Europe est possible. C’est à cela que nous voulons nous atteler.

Quelles dynamiques politiques pour gagner en Europe des droits à l'heure de la crise ?

Débat unitaire mardi 25 novembre 2008 à 20h30

Salle du conseil municipal Mairie de Saint-Denis


Les politiques de l’Union européenne prennent une part déterminante dans notre vie quotidienne. Traités, politiques communes et jurisprudences européennes sont aujourd’hui caractérisés, pour l’essentiel, par la mise en concurrence des systèmes sociaux et fiscaux, la déréglementation des services publics, une politique monétaire sans aucun contrôle démocratique, une politique budgétaire restrictive, une politique agricole sacrifiant l’agriculture paysanne, des politiques sécuritaires notamment vis-à-vis de l’immigration, des traités bilatéraux de libre-échange aggravant l’exploitation des pays du Sud, notamment en matière agricole, une politique extérieure et militaire alignée sur celle de l’OTAN et plus généralement un déficit démocratique.

La « concurrence libre et non faussée » joue contre l’emploi, le niveau de vie et les services publics, l’environnement et les ressources naturelles.

La crise financière montre les dangers de cette logique pour les peuples. La faillite financière actuelle dans l'Europe entière a démontré le lamentable échec des politiques libérales menées depuis des décennies. Et les appels mensongers de Sarkozy à « moraliser » le capitalisme ne trompent personne.

Le projet européen actuel ne satisfait pas les peuples comme l’ont montré les référendums irlandais, français ou hollandais. Vouloir contraindre les peuples à une Europe « libérale » c’est prendre le risque de faire éclater le projet européen lui-même.

Face aux attaques sans précédent en Europe, nous voulons mettre en avant la primauté des droits, notamment sociaux, pour toutes et tous, face à la concurrence. Il s’agit de  nous opposer et de construire des alternatives sociales, écologiques, féministes et démocratiques qui rompent avec les politiques néolibérales actuelles.

 

Nous affirmons fortement qu’une autre Europe est possible et nécessaire. Pour cela encore faut-il travailler aux dynamiques politiques nécessaires à la conquête de droits nouveaux.

C’est possible, nous l’avons démontré avec l’union autour du NON de gauche en 2005. Et cette union a été victorieuse.


 

Gilles Alfonsi, Association des Communistes Unitaires, François Asensi, Dominique Attia, Présidente des élus communistes de Montreuil, Clémentine Autain, Thierry  Bailly, APEIS, Patrick Braouezec, député, François Calaret, UNIR, Pierre Cours-Salies, CNCU, Etienne Doussain, Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative, Noisy le Grand, Vincent Duguet, Bondy Autrement, Michel et Catherine Jacquin, Pierrefitte, Pierre Laporte, Conseiller général, Alain Marcu, Agir contre le Chômage 93, Nathalie Marcu, Les alternatifs, Fala Saidi, ACU, Roger Pierre Soret, Alterekolos, Philippe Stierlin, CGT GDF-SUEZ, José Tovar, ancien responsable FSU, Pierre Vila,  CNCU, Nicolas Voisin, Parti de Gauche, Pierre Zarka, ACU, Jorge Zuccotti, Gauche Alternative et Unitaire.

 

 

Informations supplémentaires