Rénover au lieu de détruire inutilement les bâtiments existants

Nous pensons qu’il faut décider les projets urbains avec les habitants concernés. C’est le contraire qui est fait comme nous l’avons révélé avec les projets de la maire (détruire rues Dunant, Beauvoir, Blanqui et Jean- Moulin) ; bien souvent les rénovations qui sont nécessaires sont plus écologiques que les destructions, il faut en particulier mieux isoler les logements de l’humidité.

Les nouveaux projets immobiliers, comme sur le Canal de l’Ourcq, prévoient de baisser le taux de logement social, de 40 % à 30 %. Cela ne répond pas aux besoins, il faut gérer la ville pour ceux qui y vivent aujourd’hui et pas en imaginant ceux qui y viendront hypothétiquement.

La réalité ne correspond pas toujours aux préjugés : le logement social peut être de très grande qualité, tandis que les copropriétés peuvent être très dégradées comme à la Bruyère.

Nous avons des besoins en logements plus grands, ils peuvent être créés en transformant deux petits logements. Mais il y a aussi besoin de studios et de F2 pour des jeunes adultes qui quittent le foyer de leurs parents.

Il faut prévoir les écoles et les établissements de santé correspondants, d’où la nécessité de défendre l’hôpital Jean-Verdier et les nouvelles écoles nécessaires.

Répartir les HLM dans toute la ville, cela signifie qu’il faut du logement social dans des quartiers comme les Coquetiers, au Mainguy ou dans le centre-ville.

 

Il faut arrêter de vendre le patrimoine communal au privé !

Nous ne vendrons pas le patrimoine municipal, les ventes prévues qui ne sont pas encore engagées seront annulées.

Nous organiserons une vraie concertation pour décider de ce qui doit être fait à la place du garage municipal.

 

Ascenseurs, ça bouge ?

Les locataires signalent les pannes et les défaillances des entreprises de maintenance des ascenseurs. Mais peut-on imaginer que cela arrive dans les grands immeubles parisiens ? Il y a pourtant du monde à embaucher pour des interventions rapides et efficaces. Des jeunes à former.

Et si les bailleurs publics avaient un service spécialisé, public, qui se consacrait à cette tâche ?

 

Pour un urbanisme cohérent (nouvelles constructions, commerces, services, circulation)

Il faut retrouver une cohérence dans l’aménagement de la ville : la spéculation immobilière sans limite qui sévit a été rendue possible par le Plan d’urbanisme.

À l’inverse, il faut accorder une priorité aux services (santé, école, activités sportives et culturelles) et bloquer les projets qui font venir de nouveaux habitants alors que la ville ne se donne pas les moyens de les accueillir.

Les commerces de proximité jouent un rôle clé dans la vie sociale. Nous nous réjouissons du retour d’une librairie à Bondy. Avec nous, la ville agira contre les grands centres commerciaux qui tuent le commerce de proximité (Rosny 2, Gallieni ou Europacity). Comment relancer les commerces dans la ville, sinon ?

 

Pour améliorer les problèmes de circulation et de stationnement, nous proposons de :

- matérialiser les stationnements au sol, en privilégiant dans les petites rues le placement en quinconce qui diminue la vitesse de circulation,

- développer les zones bleues pour les résidents des rues,

- rendre le stationnement à nouveau public et gratuit,

- réunir des groupes d’habitants avec 2 ou 3 délégués de chaque rue par îlot pour trouver des solutions.

Informations supplémentaires