Mon père, Mohamed Goual, est né en 1936. Il a fêté ses 84 ans cette année. Il est arrivé en France en 1954, à l’âge de 18 ans. Son père à lui, était un résistant algérien recherché par l’armée française qui s’est exilé au Maroc. Analphabète, mon père était berger en Algérie, à Djebala, dès son enfance. Il a fait « l’école des moutons » comme il aimait souvent me dire quand j’étais enfant et que je lui demandais s’il avait été à l’école.

Cette semaine d’octobre, j’entre dans sa chambre, de son appartement en région parisienne, où il passe désormais de longues heures allongé. Dans la pièce, je n’ai qu’une question en tête, que je n’ose pas trop lui poser. Puis, après un temps d’hésitation, je me lance :

– « Ba (papa) ! tu te souviens du 17 octobre 1961 ?
– Oui, je me souviens. Pourquoi ? »

Je vois qu’il est surpris de cette question. À la maison, on ne parle que très rarement de la guerre d’Algérie…

– « C’est pour le Bondy Blog, tu pourrais répondre à quelques-unes de mes
questions ? »

Il finit par hocher la tête, en signe d’approbation.

– « Tu pourrais me raconter ton arrivée en France ? 

Pour lire la suite sur le Bondyblog, cliquez ICI.