La servitude moderne, c’est avant tout la soumission à une logique néolibérale sans pitié : main d’oeuvre ubérisée, salarié·e·s malmené·e·s, esclaves modernes, en compétition pour la survie, condamné·e·s à l’austérité quand les richesses se concentrent dans les mains d’une minorité... Nous voici désormais toutes et tous asservi·e·s aux GAFAM et autres multinationales, aliéné·e·s par les nouvelles technologies, contrôlé·e·s, surveillé·e·s et fiché·e·s de toute part, sans aucun autre pouvoir que le pouvoir d’achat : bosse, consomme et tais-toi !
Le nez dans le smartphone, on ne se rend plus compte qu’on baisse la tête.
Et que la liberté ne se commande pas sur internet.
Cette servitude semble volontaire et les victimes consentantes. Mais consentons-nous vraiment lorsqu’on nous force à croire que c’est là le seul monde possible ?
Pourtant, les alternatives existent, comme en témoigne la philosophie du Libre. Mise en commun, partage, coopération, solidarité, autant de notions qui échappent à l’économie de marché et qui peuvent permettre de la contourner, sinon la détruire.
Avec cette 19e édition du festival Images mouvementées, c’est par le biais du cinéma et des débats que nous vous proposons de définir ensemble les contours de cette servitude moderne, et d’imaginer comment nous délivrer de toutes ces emprises pour reprendre collectivement le contrôle de nos destinées.

L’équipe du festival

Informations supplémentaires