Les premiers conseils de quartier se sont tenus depuis l’élection municipale de janvier 2022.

Le constat général, c’est la participation importante des habitant.e.s. Il y a un besoin de s’exprimer, en particulier sur des questions souvent sous-estimées comme les moyens donnés aux personnes en situation de handicap dans la ville.

Pourvu que ça dure !

C’est une chance : l’investissement des Bondynois.es est un bon début pour le pouvoir local s’il veut en tenir compte, ou l’encourager.

Mais là est toute la question.

À quoi servent les conseils de quartier pour la mairie ? À faire passer des informations aux citoyen.ne.s ? À « prendre la température de la population », comme on dit ? Ou redonner le pouvoir aux habitant.e.s ?

Nous pouvons exclure la dernière réponse quand on voit que les élus occupent l’essentiel des interventions, en particulier le maire-adjoint chargé de répondre à tout. Par ailleurs, le fonctionnement des conseils est biaisé du fait de l’établissement de l'ordre du jour par le pôle démocratie locale de la Mairie et de la présidence des conseils par un maire-adjoint.

C’est une toute autre proposition que nous faisons : faire travailler les habitant.e.s ensemble sans tutelle de la mairie pour décider de leur ville, et d’abord de leur quartier. Cela exige aussi de redécouper les zones pour qu’elles correspondent à des quartiers réels.

Mais permettre aux habitants de décider de leur ville, ce n’est pas les limiter à leur quartier. Cela nécessite de leur faire décider du budget à l’échelle de la ville en les réunissant à la mairie.

Sinon, limiter la démocratie à poser des questions dans son quartier risque très vite d’apparaître pour ce que c’est : un leurre, et pendant que nous nous concertons ce sont les mêmes qui décident.

Ainsi, si les conseils de quartier ne se réunissent qu'une fois tous les trois mois, comment peuvent-ils répondre aux problèmes que les habitants posent dans leur quartier ? Cela oblige à avoir de nombreux points à l’ordre du jour et risque de décourager les participant.e.s.

Nous avons proposé que les conseils de quartier soient redécoupés et plus petits pour correspondre à la réalité de la ville, qu’ils aient un journal de quartier, et que les comptes rendus de tous les conseils soient en ligne sur le site de la mairie.

Conseil de quartier de la Mare à la Veuve du 15 novembre 2010

Une trentaine de participants. 

Plusieurs personnes ont souhaité exprimer leurs inquiétudes devant la monté de la violence dans la rue de la liberté, elles ont sollicité une audience en mairie sans réponse pour le moment.

Conseil de quartier du Saule Blanc - 15nov2010

Une trentaine de personnes, plutôt des jeunes séniors, ont assisté à ce conseil de quartier présidé par Laurent Quinet (intérim de Laurent Cotte) visiblement très mal à l'aise pour gérer ces citoyens-là pestant contre les conseils de quartier, la mairie, le commissariat, le  préfet et les ministres.

Conseil Consultatif de Quartier Mainguy du 25 novembre 2010

Quand des gens payés par la mairie empêchent un débat sur l'eau dans un conseil de quartier, c'est qu'ils doivent vraiment pas être sûrs de leurs arguments...

22h30… Le froid s’immisce dans la maternelle Mainguy et le débat ronronne sur les compétences de la communauté d’agglo. Les gens, pourtant venus nombreux (un grosse cinquantaine) commencent à quitter la salle.

 

Bernard Vernet pose la question de la compétence eau d’Est Ensemble, expose les inconvénients à rester tributaire d’une distribution de l’eau par Veolia qui facture plus cher et entretient mal nos réseaux ce qui cause d’importantes pertes par des fuites qui pourraient être évitées.

Conseil de quartier de Noue-Caillet / Terre Saint Blaise du mercredi le 20 octobre à 20h00.

Environ 12 personnes, dont 2 élus et 4 employés communaux… Pourtant cette fois-ci la mairie avait informé les habitants de la réunion, mais la porte de la maison de quartier avait été fermée. Au programme : PLU, rats, marché, et conteneurs à voir la prochaine fois

Informations supplémentaires