Voici le tract des assistants d'éducation (AED) du lycée Jean-Renoir, ainsi que la caisse de solidarité qui a été ouverte pour se solidariser avec leur grève.

La cagnotte sera clôturée le dimanche 16 mai à 18h : https://paypal.me/pools/c/8wChVLCmTx.

AED EN COLÈRE : POUR NOS DROITS

Nous AED du Lycée Jean Renoir avons décidé de nous rallier au mouvement de grève national des AED. Voici nos raisons :


- AED invisibles Nous avons reçu les protections vitrées pour les bureaux courant septembre 2020, pour une demande qui avait été effectuée depuis l'année scolaire précédente. Le flux d'élèves au quotidien est conséquent, nous ne nous sentions pas protégés. Nous sommes perçus comme de simples surveillants, pourtant être AED (Assistant d'Education) c'est bien plus que ça : hormis la surveillance des couloirs et la grille, nous avons les compétences pour encadrer et accompagner les élèves dans leurs devoirs, toutes matières confondues ; notre travail pédagogique et éducatif n'est pas reconnu, nous nous sentons inconsidérés et invisibles.

- AED : Et après ? Nous bénéficions d'un contrat de 1 an, renouvelable 6 fois, donc aucune perspective d'avenir à long terme. Certains AED souhaiteraient poursuivre dans cette voie et obtenir un CDI, ce qui est impossible ! Quel est donc notre avenir après les 6 ans ?

- AED sans espoir. Nos contrats sont précaires, les salaires bas, augmentation du temps de travail : 41h pour un smic, et des avantages sociaux inexistants. Avec un CDD en 2020, vivre s'avère compliqué : les crédits/prêts ne sont pas octroyés, nous avons peu de garanties pour les années suivantes, impossible de louer un logement, ...

- AED sans reconnaissance. Nous ne sommes pas au même rang que le reste du personnel Il n'y a pas de titularisation possible Nous ne bénéficions d'aucune prime par rapport à la situation sanitaire actuelle, pourtant nous sommes en première ligne face aux élèves), pas de reconnaissance pour le travail effectué, pas de prime de fin d'année ou autre... de plus certains d'entre nous ne sont pas concernés par la prime de REP —peut-être faudrait-il envisager une compensation pour les risques que nous prenons au quotidien Hormis les journées de formation sur le métier d'AED, nous aimerions bénéficier d'autres formations, à savoir : Une formation payée notamment pour la gestion de crise actuelle ; nous ne sommes pas armés et n'avons pas été préparés pour faire face au contexte sanitaire et à ce qu'il en découle (communication avec des parents en colère ou démunis...). Une formation professionnelle pour en faire un VRAI métier, qui à ce jour est uniquement perçu comme un job étudiant. La majeure partie d'entre nous est devenue AED suite à une reconversion professionnelle et souhaiterait poursuivre dans cette branche, mais les conditions actuelles jouent en notre défaveur.

En cette période ô combien difficile, Nous demandons à être protégés, obtenir une sécurité pour nos emplois !

Informations supplémentaires