L’équipe du collège Henri Sellier est mobilisée depuis plusieurs mois autour de la DHG (Dotation horaire globale) prévue pour la rentrée prochaine. Les heures attribuées nous contraignent à des arbitrages inacceptables pour poursuivre leurs missions comme il se doit (suppression des groupes d’enseignement scientifique et technologique en 6ème, baisse du nombre d’heures d’accompagnement personnalisé, manque d’heures pour des projets artistiques, des séances en co-intervention pour la classe ULIS, des séances de piscine permettant aux élèves non-nageurs de combler leurs lacunes, etc.). Les élèves qui arriveront en 6ème l'année prochaine seront les premiers touchés par ces réductions d'horaires.
Après plusieurs journées de grève, collège mort et manifestation devant la DSDEN, ils ont décidé ensemble de reconduire une semaine de mobilisation du 7 au 10 juin.

- Mardi 7 juin, les parents d'élèves ont appelé à une nouvelle journée collège mort, qui a été très suivie.

- Mercredi après-midi, une dizaine de professeures ainsi que des parents d'élèves se sont retrouvées une nouvelle fois devant la DSDEN. Comme la fois précédente, les personnes présentes ont été reçues par un policier, puis après une vingtaine de minutes le directeur de cabinet du directeur d'académie est descendu nous parler sur le trottoir. La discussion fut bien entendu aussi stérile que la dernière fois, même s'il a poussé l'indécence et le ridicule plus loin encore. Pendant toute la conversation, il n'a cessé de renvoyer dos à dos le premier et le second degré, mettant en cause les enseignants du primaire pour justifier les difficultés des élèves du collège dans l'acquisition de la lecture ou du savoir-nager. De même, il a tenté de placer notre direction en bouc-émissaire, la rendant responsable des arbitrages réalisés à partir de la DHG reçue. Puis il a chanté le couplet du favoritisme, et des privilèges qu'il ne pouvait pas nous accorder au détriment des autres collèges du 93. Quelques répliques spectaculaires resteront gravées dans les mémoires, notamment concernant le savoir-nager. Alors que l'une des demandes concerne précisément la disparition d'heures dédiées à la natation en 6ème, il a commencé par suggérer que les enseignants d'EPS du collège aillent faire cours dans le premier degré pour améliorer la liaison primaire-collège, puis a carrément dit que la solution était de faire passer le savoir-nager pendant l'été, dans le cadre d’École ouverte. Un tel mépris et surtout un tel manque de respect pour notre travail commun, premier et second degré, ne peuvent que laisser sans voix.
Après une vingtaine de minutes de discussion stérile, au cours desquelles nous avons annoncé que nous poursuivrions notre mobilisation, Benoît Burille est remonté dans son bureau, et les manifestant.e.s ont ressorti pancartes, sifflets, casseroles et chansons pour continuer à occuper l'espace une demi-heure encore.

- Jeudi 9 juin plus de 20 enseignants étaient en grève.

Les derniers arbitrages pour l’attribution des heures auront lieu à partir du 17 juin. Les personnels et les parents veulent donc se mobiliser une nouvelle fois, mercredi prochain devant la DSDEN (8, rue Claude Bernard, à Bobigny) mercredi 15 juin à 14h30. 

Informations supplémentaires