Par Rachel Knaebel

Dans son dernier livre, Le ministère des contes publics, l’écrivaine Sandra Lucbert décrypte le discours qui tente de justifier la destruction des services publics sous prétexte de bonne santé budgétaire. Entretien.

 

Sandra Lucbert [1] : L’automatisation d’un discours qui rend les dépenses publiques responsables du déficit public – discours que j’appelle LaDettePubliqueC’estMal en un seul mot, puisqu’il s’assène d’un bloc – constitue le schème directeur de toutes nos « politiques publiques » depuis trente ans. Des politiques de destruction méthodique de l’État social. LaDettePubliqueC’estMal maquille une stratégie d’appauvrissement délibéré des services publics, qui vise à les délégitimer en organisant leur inefficacité. Une fois celle-ci établie, la place se trouve déblayée pour les services privés : « L’hôpital public ne marche pas ? Regardez les cliniques privées : tout y fonctionne sur du velours. »

L’histoire de Die est un cas d’école. Fin 2017, la maternité – la plus petite de France – est fermée, après trente ans de combat entre l’État et les populations : l’un estimant la fermeture nécessaire, les autres faisant valoir l’exception géographique. Trente ans pendant lesquels la réduction effective de personnel et de moyens matériels transforme peu à peu la maternité, aux dires mêmes des sages-femmes qui y travaillent, en un lieu trop peu sécurisé pour mener les accouchements dans de bonnes conditions. Cette technique que j’évoquais : rendre un établissement public incapable de remplir ses missions par étouffement économique, et en tirer argument pour le fermer. L’étouffement économique, cependant, sera transfiguré dans la langue : « Nous sommes comptables de la dette publique » – et toute discussion s’arrête de par cet énoncé macroéconomique, et ses corrélats moralisateurs.

Lire tout l'article sur Bastamag, en cliquant ICI.

Informations supplémentaires