Depuis la cyber-attaque de novembre 2020, des employé.e.s de la mairie de Bondy attendent le règlement exact de leurs heures travaillées. Comment est-ce possible ?

Il faut que l’équipe municipale soit préoccupée par autre chose que ses employé.e.s.

Mais ce retard est aussi dû, de l’aveu même des cadres de la mairie, à la difficulté de recruter des personnels qualifiés au service de la paie.

Pourquoi ? Les salaires de la fonction publique territoriale sont « peu attractifs », ou pour le dire autrement : ils sont ridiculement bas !

Le débat peut aussi porter sur les conditions de travail, le temps de travail, par exemple.

On le voit dans les secteurs qui ont du mal à recruter : ce sont ces critères qu’il faut changer pour libérer du temps aux salarié.e.s.

La même analyse vaut pour le domaine de la santé : qu’est-ce qu’il faut pour éviter les déserts médicaux qui se généralisent dans le pays et dont nous souffrons déjà à Bondy ? Une revalorisation des salaires, ou des remboursements par la Sécurité sociale, et une baisse du temps de travail.

C’est aussi ce dont il est question dans l’Education nationale, où le nombre de candidats admissibles est inférieur au nombre de postes à pourvoir.

Service public territorial, santé, éducation, un même diagnostic : il est temps de relever les salaires et de réduire le temps de travail pour simplement trouver des candidats aux postes à pourvoir.

Sinon, quoi ? Faut-il se résoudre à voir ces domaines du quotidien vidés de tout contenu ?

Faut-il que la réduction du budget pour alimenter les plus riches aboutisse à la perte de notre qualité de vie ?

Il est temps de redonner de la force au services publics, et pour cela il faut revoir les priorités de l’État : répondre aux besoins sociaux plutôt que satisfaire l’appétit des prédateurs du CAC 40.

Informations supplémentaires