Le logement social est un bien collectif très précieux. Il doit être défendu en exigeant l'entretien du patrimoine, la transparence des attributions et son ouverture à tous ceux qui en ont besoin. Cette défense exige aussi une grande exigence parce que justement il s'agit d'un domaine dont toute la société a besoin.

Qu'en est-il de l'argent des locataires ?

Tout d'abord, la plupart des sociétés HLM sur Bondy ne tirent pas de bénéfices des loyers. Par exemple, ni Bondy Habitat, ni Seine-Saint-Denis Habitat ne rémunèrent d'actionnaires.

Alors, où passe l'argent des locataires ?

Une partie des loyers sert à payer le remboursement des emprunts contractés pour construire de nouveaux logements ou rénover les anciens, une partie des salaires du personnel.

Les charges servent à payer les dépenses courantes : l'électricité, le ménage, le jardinage, le chauffage (et une autre partie des salaires du personnel).

Il n'y a pas d'argent extérieur injecté dans le logement social, sinon les prêts consentis qui obligent justement à plafonner les loyers.

Tout semble donc parfait.

Dans ces conditions, l'argent des locataires est-il forcément bien utilisé ? Non. Quand une entreprise est payée par le propriétaire, avec l'argent des locataires, mais ne fait pas le travail nécessaire, on peut s'interroger. Le manque d'entretien nuit uniquement à la vie quotidienne des locataires, il ne nuit ni à l'entreprise privée qui intervient ni au bailleur qui ramasse les loyers, et dont la direction habite généralement ailleurs. Il y a bien un problème possible de gestion.

Le fait même d'employer une société extérieure est une façon pour le propriétaire de se débarrasser des problèmes de gestion du personnel, qui est pourtant de sa compétence, quitte à rémunérer plus cher une entreprise privée, avec l'argent des locataires.

Ainsi, les bailleurs sociaux ont aujourd'hui rarement de régie pour les petits travaux et prennent des entreprises privées. Ils ont rarement des gardiens d'immeubles remplaçants mais prennent des intérimaires payés plus cher, avec l'argent des locataires. Ils paient des ascensoristes parfois défaillants plutôt que de mettre en place un service public général qui puisse intervenir efficacement.

Les locataires ont donc tout intérêt à exiger les documents comptables de leur bailleur et à les éplucher. Ils se rendront peut-être compte ainsi que leur bailleur a embauché une association de médiateurs que les locataires ne voient pas et qui leur coûte plusieurs dizaines de milliers d'euros par an, ou encore que l'entreprise privée choisie depuis des années pour le ménage est dirigée par un membre du conseil d'administration du bailleur en question, ou encore qu'une entreprise privée est choisie avec insistance par certains membres de la direction alors que son dossier est moins attractif que celui d'autres candidats.

Il nous restera désormais à traiter de la question de l’attribution des logements.

Informations supplémentaires