Avez-vous essayé de rendre un rendez-vous avec un généraliste à Bondy ? Il faut attendre, en particulier si vous cherchez un moment en dehors de vos heures de travail. Les personnes qui souhaitent consulter sans rendez-vous doivent patienter plusieurs heures avant de voir le médecin.

Cela ne va pas s’améliorer : à Bondy on parle de 30 médecins qui doivent prendre leur retraite dans les deux ans. Sur les quatre cardiologues, deux doivent partir pour la même raison.

Pour la dermatologie, la gynécologie, l’ophtalmologie, la kinésithérapie ou la dentisterie, l’attente peut atteindre des mois.

Une partie de ce problème a été résolu depuis des années par les patients en se rendant aux urgences de l’hôpital, en particulier les samedis et dimanches ou aux heures où aucun médecin n’est disponible. Le gouvernement a trouvé une solution : A-t-il facilité l’ouverture des cabinets, embauché à l’hôpital, augmenté les honoraires ? Non, il a rendu les urgences payantes, à 20 euros !

Quelles solutions peut-on trouver à cette dégradation d’un aspect important de notre vie ?

D’abord embaucher à l’hôpital public, ensuite augmenter les honoraires des médecins pour leur permettre de vivre sans multiplier les heures mais aussi faciliter l’ouverture des cabinets.

Une des formes qui se multiplient dans les municipalités ayant le souci d’une politique sociale est de salarier des médecins, ce qui leur permet d’avoir des horaires compatibles avec une vie de famille, et de ne plus être rémunérés à la consultation.

Le Centre Municipal de Santé de Bondy existe, à nous d’exiger son développement à la hauteur des enjeux de la santé des Bondynois en 2022 !

De même, le maintien et le développement de Jean-Verdier sont une nécessité absolue!

Informations supplémentaires